Sirac, Arête Nord

En arrivant dans la région il y a plus de 15 ans, j’ai fait mes premières sorties en montagne dans la région avec Eric, qui était un collègue de travail à l’époque : le Râteau, la Dibona, et de multiples sorties de ski.

Voilà que la cinquantaine arrivant, il veut se remettre un peu plus régulièrement à l’alpinisme. La saison étant ce qu’elle est cette année, nous nous sommes mis d’accord sur une traversée du Sirac – un des sommets les plus méridionaux du massif des Ecrins. D’altitude modeste (3441m) il est cependant un sommet important, marquant une barrière entre les vallées du Valgaudemar et du Champsaur. J’avais ce sommet dans ma liste depuis longtemps.

La voie choisie est l’arête Nord : une longue arête/éperon qui remonte directement au sommet sur plus de 1000m d’escalade. Pour ne rien gâcher, la montagne est très sauvage, et la marche d’approche depuis le refuge n’est que d’une heure. Toutes les cases sont cochées !

Nous montons donc au refuge de Vallonpierre le dimanche après-midi pour grimper le lundi.



IMG_6530

Le refuge est situé au pied d’un petit lac, sur un grand replat d’alpage, dominé par la face Nord-Ouest du Sirac, massive et quasi continue sur 1200m. C’est un refuge de randonneurs, engagés pour la plupart sur le GR54 ou sur le Tour du Vieux Chaillol. Nous sommes les 2 seuls grimpeurs à mettre le réveil à 4h30. Le gardien nous fournira des indications sur la descente qui se révèleront très précieuses. Etant absolument seuls sur la montagne, il surveillera notre progression et notre retour.

IMG_6531

IMG_6532

IMG_6540

301344481_5385673801479389_1695497362450871308_n

Départ 5h15. La voie remonte d’abord en direction d’une brèche située entre le Banc des Aiguilles de l’arête Nord. Après 1h d’approche, nous sommes à pied d’œuvre pour attaquer les difficultés. C’est parti pour 1000m de grimpe…

Le topo est précis, et les passages s’enchaînent sans accroc. Le premier crux de la voie consiste en 3 longueurs de vraie escalade dans la partie médiane de cette section : des pas de IVsup qui réveillent, à froid, en grosses chaussures et gros sac.

301103990_5385673781479391_7998424557597630095_n

IMG_6541

IMG_6542

IMG_6543

La brèche s’atteint ensuite par une espèce de couloir cheminée. On y découvre alors l’ensemble de l’arête Nord devant nous : plus une face/éperon qu’une vraie arête au début, on voit tout de même les différents ressauts – dont le suivant, deuxième crux de la voie.

IMG_6547

IMG_6548

La qualité du rocher n’est pas fantastique dans la première partie. Quelques sections avec un peu d’éboulis, et du rocher typique Oisans. On atteint assez vite le ressaut en IVsup, et le bon passage nous est indiqué par le topo, très précis. Une cheminée raide, puis une sortie aérienne sur gratons, le tout entièrement protégé sur friends - heureusement le rocher est bon, mais il faut grimper pour en venir à bout. On parvient alors aux premières pentes de neige à gauche.

IMG_6551

IMG_6549

La section qui suit est meilleure, assez redressée, dans un rocher bien compact mais jamais difficile. L’arête se parcourt plutôt sur son flanc Ouest, donc à l’ombre. Eric reprend la tête et ça déroule bien jusqu’au névé ovale supérieur – bien blanc suite aux dernières chutes de neige en altitude.

IMG_6553

IMG_6554

IMG_6558

IMG_6560

Du névé, on est au soleil et l’arête devient plus fine et effilée, on surplombe la face Nord-Ouest plein gaz, et le rocher est magnifique. Je repasse devant alors que le sommet est alors en vue !

IMG_6567

IMG_6565

Nous voilà donc en haut, à 3341m, après 5h30 d’ascension. La vue est dégagée, malgré les nébulosités qui montent du Champsaur. Les nuages nous prendront le sommet alors que nous serons dans la descente.

IMG_6571

Sur les indications précieuses du gardien (photos à l’appui lors du briefing de la veille au soir), le cheminement de descente est facilement trouvé : d’abord par des vires cairnées qui serpentent dans la face Est, jusqu’à une brèche et un gendarme jaune caractéristique. On évite un couloir piège, et on y trouve une vire que l’on descend doucement jusqu’à des gradins, que l’on descend. Nous sommes à l’aise dans ce terrain Eric et moi, et sans hésitations nous parvenons à la ligne de rappel qui nous donnera accès au glacier. 3 rappels de 25/30m.

IMG_6575

301203305_5385673798146056_4977008428965951161_n

301015460_5385673794812723_5221864012717988940_n

Nous prenons pied sur la glace, et chaussons les crampons. La descente du glacier sera technique : la glace est noire et très dure, les pointes n’y mordent presque pas. La lame du piolet penètre à peine… et la pente est raide sur le haut, à 40/45°. Pourtant il faut aller vite ici, les pierres tombent de la face au soleil, parfois pas très loin de nous et à pleine vitesse.

IMG_6583

IMG_6585

Le matériel rangé, nous allons nous manger 800m de descente dans les éboulis et les gros blocs jusqu’au refuge via le Creux de Mourière, véritable océan de cailloux.

IMG_6586

La descente est longue, et Eric héritera d’une main écorchée suite au retournement d’un bloc, de 2 ampoules au talon et d’un orteil tuméfié par les chocs répétés dans la chaussure.

La pause est donc réparatrice au refuge, atteint à 15h30, soit 10h après le départ du matin. Nous repartons vers 17h pour rejoindre la voiture, notre belle course dans la musette !

Eté 2022

Encore un été bien rempli, et bien varié !

Un peu de montagne début juillet avec Rémy et sa bande de Lyonnais, pour un Pic Coolidge très sec et caillouteux, mais au moins les vagues de chaleur sont moins difficiles à supporter en altitude…

IMG_6206

IMG_6227

IMG_6215

IMG_6219

IMG_6216

IMG_6221

Jazz à Vienne avec un concert hallucinant d’Herbie Hancock. La légende vivante du jazz (82 ans !) est en tournée avec une bande de musiciens déments. Une setlist un peu hétéroclite qui fait aussi découvrir des pans moins connus de son œuvre, mais qui finit en beauté par un Cantaloupe Island acclamé par la foule… c’était beau !

IMG_6233

Nous faisons ensuite un voyage un peu express à Nantes et Saint Nazaire pour le mariage de Seb et Elodie, occasion pour nous de découvrir les Pays de Loire et la Bretagne sud. 43°C dans le village de Guérande et sur la plage de la Turballe… dur dur.

IMG_6302

IMG_6309

Nos vraies vacances commencent fin Juillet, et nous filons vers l’Ouest. Premier stop vers Clermont.

IMG_6322

IMG_6324

Deuxième stop chez Virgo et Philippe, et retrouvailles de cousins et petits cousins, puis Oléron enfin, pour une semaine de surf et de plage bien peinard.

IMG_6338

IMG_6343

IMG_6333

IMG_6352

IMG_6356

IMG_6372

Retour vers l’Est par La Rochelle, puis les châteaux de la Loire (seulement une sélection, car les visites de vieilles pierres par 40°C à l’ombre ne sont le kiff de personne).

IMG_6385

IMG_6391

IMG_6406

IMG_6410

IMG_6416

Un peu de Morvan là-dessus, avec quelques belles séances de forêt et de lacs et un anniversaire de mariage (le premier de l’été).

IMG_6430

IMG_6438

Une dose de Saint Gervais ensuite, avec du vélo et de la montagne : François fait ses premières longueurs en tête dans une course d’arête classique des Aiguilles Rouges.

IMG_6461

IMG_6470

IMG_6447

IMG_6489

IMG_6488

IMG_6500

IMG_6502

Enfin, week-end du 15 Août à Ventabren en famille, pour le deuxième anniversaire de mariage de l’été… mais les photos sont en cours de traitement !

Chicago

Bande son: Chicago, Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, 1937



C’est mon deuxième séjour à Chicago – et je suis bien content d’y revenir, j’adore cette ville. J’ai bien mes repères à la fois pour le boulot et pour les à-côtés. Les journées sont bien remplies, mais le décalage horaire me réveillant systématiquement à 2 ou 3h du matin, j’ai aussi du temps de dispo ! La météo fut tour à tour superbe, pluvieuse, venteuse… bref, un peu de tout.

IMG_5922

IMG_5916

IMG_5859

IMG_5866

Quelques tours en course à pied sur les bords de la Chicago River, ou du Lac Michigan.

IMG_5914

IMG_5915

IMG_5913

Un tour rapide dans le nouveau Parc National d’Indiana Dunes, ouvert en 2019. Je prends la pluie sur le retour, mais l’ambiance est sympa dans les forêts et dunes côtières.

IMG_5899

IMG_5898

IMG_5882

Soirée mémorable au Andy’s Jazz Club.

IMG_5893

Pâques au balcon

2 salles, 2 ambiances!

Week-end de Pâques ensoleillé à Saint-Gervais, entre ski de printemps le matin, et grimpe en falaise l’après-midi. Le tout sous un beau et chaud soleil d’Avril.

IMG_5662

IMG_5655

IMG_5661

IMG_5658

Suite des vacances à Londres tous ensemble, pour faire découvrir la ville aux enfants. Et toujours cette atmosphère que l’on retrouve à chaque fois avec beaucoup de plaisir. Et sous un soleil incroyable!

Les incontournables de la ville sont bien sûr au programme de ces 4 jours : Westminster, le British Museum, le Natural History Museum, Camden, Soho, Covent Garden, Tower of London… mais aussi quelques jogs le long de la Tamise, une belle soirée de jazz du côté de Denmark Street avec le fabuleux Ewan Bleach, et un drink avec Léa, expatriée ici pour quelques mois. Plein de bons moments !

IMG_5667

IMG_5671

IMG_5675

IMG_5677

IMG_5684

IMG_5686

IMG_5688

IMG_5693

IMG_5694

IMG_5699

IMG_5700

IMG_5710

IMG_5719

Dent Parrachée

J’ai pas mal de retard sur ce blog, et plusieurs sorties de ski sont passées à la trappe – tant pis !

Mais celle-ci me motive à écrire car c’est un sommet majeur et emblématique de la Vanoise qui nous attire ce dimanche de Mars : la Dent Parrachée (3697m). Et c’est une sortie spéciale, puisqu’elle commence relativement tard – à l’ouverture des remontées, et par un télésiège.

IMG_2404

Ces remontées nous amènent sans effort à 2600m, et toute honte bue, nous mettons les peaux dans le Vallon de la Fournache vers 10h.

IMG_2406

Le brouillard semble tenace, mais on a confiance dans la prévision qui annonce du beau. En attendant, on transpire sous l’effet de serre intense.

IMG_2408

IMG_2413

Mais assez vite on sort de la brume, et c’est le plein ciel bleu au pied du couloir. C’est là-haut qu’on va, après avoir chaussé les crampons.

IMG_2423

IMG_2428

IMG_5508

Je dois attendre un peu mes coéquipiers, et nous repartons ensuite pour ce grand cirque suspendu, qui donne accès au sommet. Petit passage un peu exposé au début, puis nous rechausserons les skis.

IMG_2450

IMG_5511

Pour la dernière partie de l’arête il faut à nouveau remettre les skis sur le sac et les crampons aux pieds. Et on arrive là.

IMG_2466

IMG_5521

IMG_2485

Pas de problèmes d’altitude dans l’équipe, mais un passage chez le dentiste plus tôt dans la semaine me fait monter une rage de dent difficile à supporter alors que j'attends le reste de l'équipe – l’altitude est connue pour amplifier les douleurs dentaires, bien que je n’ai pas encore compris par quel mécanisme.

La descente commence dès que nous sentons la neige suffisamment préparée par le soleil. C’est vers 14h30 aujourd’hui.

IMG_2488

Après le cirque suspendu, nous repassons par la traversée pour la brèche, puis le couloir.

IMG_2506

IMG_2513

IMG_2521

La neige est plutôt bonne et bien skiable, jusqu’aux grandes pentes sous le couloir, où elle devient carrément excellente.

IMG_5533

IMG_2540

Nous remontons ensuite par un vieux télésiège d’avant-guerre pour atteindre le haut des pistes d’Aussois. De là, nous skierons encore 1000m dans la neige ramollie de fin de journée pour atteindre la voiture.

IMG_2561

IMG_2567

Une sortie pas vraiment comme les autres, mais un superbe sommet qui était sur ma liste depuis très longtemps. Probablement depuis la première fois que je l’ai aperçu lors d’un séjour à Aussois en famille dans les années 80…

page 1 sur 81 suivante »