Olympic National Park

Voilà la situation. J’ai une voiture et donc de quoi bouger, 4 jours disponibles et tout le matériel nécessaire pour un séjour dans la nature. Seattle est idéalement située au centre du Pacific NorthWest, avec la chaînes des Cascades et le North Cascades National Park au Nord, les Central Cascades et l’Alpine Lakes Wilderness au centre et le Mount Rainier National Park plus au sud. Enfin, à l’Est se trouve la péninsule Olympique et l’Olympic National Park. L’embarras du choix, donc.

“The mountains are calling and I must go.” - John Muir

Mon cahier des charges est simple : passer ces 4 jours dans la nature sauvage. C’est tout. Une parenthèse, hors de la civilisation.

J’ai longtemps été attiré par les North Cascades jusqu’à ce que je réalise que les conditions seraient encore trop neigeuses même à basse altitude, et que cela allait imposer un matériel compliqué à emporter en avion ou logistiquement compliqué à louer sur place. Idem pour les Central Cascades (et en particulier la zone appelée The Enchantments que j’aurais rêvé de découvrir) ou pour le Mount Rainier. L’hiver encore récent complique les accès et certaines routes secondaires qui dirigent vers les montagnes sont encore inaccessibles en voiture. Je ne voulais pas risquer une déconvenue.

Finalement, les montagnes de la péninsule olympique (du nom du Mount Olympus 2432m d’altitude modeste mais bénéficiant d’abondantes précipitations du Pacifique et entouré de plusieurs immenses glaciers) offrent tout ce qu’il me faut : un accès relativement facile depuis Seattle, des régions reculées et sauvages (classées « wilderness ») et un climat plus tempéré par sa façade Pacifique et sa moindre altitude – donc moins de neige. J’avais déjà lu des choses sur la région lors de notre passage sur l’Ile de Vancouver et son Juan-de-Fuca Trail en 2002.

Une fois ce choix fait… on n’est encore pas sorti d’affaire. La zone est grande comme un département français, il n’y a pas de route qui la traverse mais des accès bien individualisés, à plus de 3 ou 4 heures de route chacun. Il faut choisir et je choisis la région de la rivière Quinault. C’est un immense bassin-versant qui draine toutes les précipitations sur un large quart Sud-Ouest de la péninsule. On y trouve de la forêt tempérée humide (la seule de l’hémisphère Nord), des zones sauvages non touchées par l’homme où la nature fonctionne toute seule.



Les arbres les plus vieux sont géants mais ils sont aussi les plus gros et les plus fragiles. Secoués par les tempêtes d’hiver venues du Pacifique, ils tombent, déracinés par le vent. À terre ils se décomposent lentement ou sont charriés par la rivière, créant petit-à-petit une terre riche et fertile. Associée à d’abondantes précipitations (3m de pluie par an en moyenne), la mousse prolifère et offre un nouveau sol pour les jeunes pousses, qui deviendront des arbres, et ainsi de suite. Les espèces principales sont les épicéas Sitka, les pin Douglas côtiers, les séquoias, ainsi que des érables à grandes feuilles, qui atteignent des tailles qui en font les tenants de records mondiaux.

Il en est de même pour la faune : prédateurs et proies vivent ici dans un équilibre stabilisé, sans intervention humaine d’aucune sorte. Ours et cougars, rapaces, wapitis, rongeurs, oiseaux, poissons et insectes, chacun ayant sa place dans la chaîne alimentaire et l’écosystème. De quoi faire réfléchir sur les prétendues vertus cynégétiques et nécessaires de la chasse. Enfin, pour moi c’est déjà tout réfléchi.

C’est une jungle avec toutes ses caractéristiques, mais tempérée et non tropicale.

Mon trip commence le vendredi, après avoir expédié les tonnes d’emails reçus pendant la nuit et les quelques conf-calls avec l’Europe, le décalage horaire (toujours pas digéré, mon horloge biologique étant particulièrement têtue) faisant que je me lève plutôt… très tôt.

Après avoir récupéré ma voiture de location, je prends donc la route pour Quinault. Je fais un stop à Aberdeen, connue pour être la ville natale de Kurt Cobain, où je me ravitaille en prévision des jours à venir. La route 101 remonte ensuite vers le Nord à travers d’immenses forêts de conifères intensément exploitées. Aberdeen est une plaque tournante de l’industrie du bois.

Le Lac Quinault a toujours été habité par les indiens (la Quinault Nation). Les premiers colons (appelés les Pionniers aux US, mais enfait ni plus ni moins que des envahisseurs) y sont arrivés vers 1880 et ont pris possession des lieux. A cette époque, la terre ne manquait pas et les colons n’étaient pas si nombreux, il suffisait de déposer un « claim » sur une terre pour en revendiquer la propriété et s’y installer. Dehors les indiens, ici c’est chez nous.

Il faut néanmoins saluer la ténacité de ces pionniers, qui s’installèrent dans une terre particulièrement inhospitalière. Balayée par les tempêtes d’hiver et abondement arrosée, envahie par une forêt très dense, parcourue par des rivières sauvages débordant volontiers de leurs lits, cette terre ne s’est pas laissée dompter. Ils ont tenu bon et ont fini par créer cette petite communauté de Quinault, au cœur de cette forêt pluviale.

Ma première étape est la station des Rangers de l’US National Forest Service, qui officie ici également pour le National Park Service. C’est un passage obligé pour se faire enregistrer avant un accès aux zones de wilderness, et un permis est requis pour bivouaquer. On y déclare son itinéraire, son véhicule, son planning, un contact d’urgence. On y reçoit également les conseils des rangers pour toute incursion dans le backcountry, relatifs à la sécurité, à la préparation, aux conditions actuelles. Je récupère aussi un bear canister, la boîte de stockage sécurisée qui doit contenir tout ce qui pourrait attirer un ours. Elle est faite de plastique épais et dur, avec un couvercle verrouillé par 2 petits loquets semblables à ceux que l’on trouve au dos des montres, pour changer les piles. Les ours n’ont pas encore appris à les ouvrir. Tout doit y être stocké et elle doit être verrouillée de jour comme de nuit, tout le temps. L’idée est intéressante : elle repose sur le fait d’associer la nourriture humaine à une déception pour l’ours plutôt qu’à une récompense. L’usage de ces boîtes est obligatoire là où je vais, la population d’ours étant « large et active » selon les Rangers. Il est à noter que c’est plutôt pour la sécurité des ours que pour celles des hommes. Un ours ayant eu accès à de la nourriture humaine y devient en quelque sorte accro et devient un danger pour l’homme. En les préservant de cet accès, on les protège. Mes papiers en poche et ma boîte sous le bras, je prends la route Quinault East Fork : 30km de piste non goudronnée, le long du lit de la rivière Quinault. Entrée dans l’Olympic National Park. Je jubile tout seul devant les nombreux points de vue qui s’offrent déjà le long de la piste.

P1110964

P1110961

P1110962

Le Graves Creek campground se trouve tout au bout de cette route, au départ de mon trail. Sous les érables lourdement enchâssés dans la mousse, dans une atmosphère humide, c’est vraiment un camping très rustique, avec aucune installation. Pas d’eau potable. Même le système d’enregistrement de paiement par enveloppe n’est pas encore actif à cette saison. Gratuit, donc.

P1110965

Pour m’imprégner de l’atmosphère particulière du lieu, je fais un petit tour dans les environs – avant que la pluie de se mette à tomber pour le reste de la nuit.

P1110972

P1110973

P1110966

P1110976

P1110975



“Keep close to nature’s heart… and break clear away, once in a while, and climb a mountain or spend a week in the woods. Wash your spirit clean.” – John Muir

C’est une tente détrempée que je plie dans mon sac pour le départ au matin, mais la pluie s’est arrêtée et le ciel semble plutôt dégagé.

Il me faudra un moment pour apprivoiser l’atmosphère particulière de cette forêt, et les premiers miles seront un peu intimidants. Ce sentiment d’intrusion et de ne pas être à ma place disparaîtra au bout de quelques heures de marche, le temps de s’accommoder au milieu, de le comprendre et de prendre ses marques.

P1110977

P1110979

Le Pony Bridge est le premier jalon : la rivière s’engouffre dans une gorge étroite, alors qu’elle circule plutôt en pente douce en amont comme en aval. Un accident de terrain. L’eau est incroyablement pure.

P1110984

P1110983

J’aurais pu courir sur ce trail. En baskets, léger et rapide. Mais ça aurait été trop rapide, j’ai choisi la marche. L’idée étant de prendre le temps, de s’imprégner du milieu – mieux encore, de s’immerger dans le milieu.

La sentier – étroit et tortueux – est facile à suivre même si aucune marque d’aucune sorte ne le jalonne. Il circule entre les immenses arbres tombés à terre et se faufile intelligemment pour franchir les nombreux torrents perpendiculaires à la vallée, alimentant la rivière Quinault que je vais remonter jusqu’à la vallée appelée Enchanted Valley, 21km plus haut. Le trail est entretenu tous les ans, et les rangers doivent couper des arbres (de parfois plus de 2m de diamètre) tombés sur la trace pendant l’hiver. Des ponts rustiques (de simples troncs) franchissent les rivières les plus larges, mais la plupart du temps on les traverse en sautant de caillou en caillou.

P1110987

Le paysage alterne des passages de forêt dense au-dessus de la rivière avec des prairies plus dégagées lorsqu’on se rapproche des berges. La rivière charrie d’immenses troncs déracinés et son lit est ponctué d’arbres cassés. Le chaos naturel, la nature brute.

P1110994

P1110995

A O’Neill Creek je fais une étape. Mon repas est interrompu par la pluie et je dois monter la tente rapidement pour me mettre à l’abri. L’averse ne durera pas.

P1110992

Les miles de forêts se succèdent les uns aux autres, tous plus éblouissants les uns que les autres.

J’aperçois une tente, et je pense être au Pyrites Creek camp d’après la distance. Un couple me fait alors de grands signes, et me crie « Bear ! Bear ! » alors que j’approche. Je ne vois pourtant aucun ours dans les environs immédiats. Ils m’expliquent alors qu’ils viennent de voir passer l’ours, qui m’a probablement contourné alors que j’approchais.

Je monte la tente et prend mes marques sur le camp quand finalement je l’aperçois, là, tout proche. C’est un gros mâle, qui farfouille dans le sol à la recherche de sa nourriture. La rencontre et l’expérience qu’elle procure est fascinante.

P1110997

P1110999

La vie du bivouac s’installe, et son temps long. La tente, le matériel, le repas. De longues poses lecture, entrecoupées de coup d’œil aux alentours, avec les jumelles.

P1120001

P1120004

P1120006

La préparation d’un feu de bois détrempé m’aura particulièrement occupé – des restes de scoutisme sans doute.

Lors d’un de ces coups d’œil de surveillance (« stay alert at all times ! », recommandent les Rangers) je le vois réapparaître : il a traversé la rivière Quinault en aval, sûrement sur l’un des nombreux arbres en travers, et le voilà qui remonte sur l’autre rive, à 50m. Il traverse un torrent en marchant en équilibre de pierre en pierre de façon admirable, sans se mouiller les pattes. Il sait que je suis là, et jette un coup d’œil de temps en temps. Chacun surveille l’autre à distance – mais je suis le plus fasciné des deux.

P1120011

P1120009

Ma boîte sera stockée à 100m de la tente, mais au petit matin elle n’aura pas bougé. L’ours a peut-être anticipé la déception associée.



“In every walk with Nature, one receives far more than he seeks.” – John Muir

Au réveil il fait glacial mais le ciel est dégagé : la journée va être superbe.

P1120014

P1120013

P1120015

P1120016

J’approche d’Enchanted Valley et je compte faire l’aller-retour, ce qui présente l’avantage de pouvoir laisser ma tente sécher au soleil. Les nuits sont froides et l’humidité détrempe tout. Je suis bien équipé mais l’aide apportée par un peu de soleil ne fait pas de mal.

La neige fait son apparition de temps à autres, alors que l’altitude n’est que de 600m environ. Je n’imagine pas les quantités de neige ici en plein hiver.

P1120017

Enchanted Valley est une ancienne vallée glaciaire à fond plat, comme suspendue et entourée de parois très raides. Au-dessus, les sommets enneigés et les glaciers. L’endroit est absolument magique, peut-être un des plus beaux et plus sauvages que j’ai vus.

P1120020

Un chalet a été construit dans les années 30 par une société locale consciente de l’intérêt touristique potentiel du lieu, malgré son éloignement. Le chalet a accueilli des randonneurs pendant plusieurs dizaines d’années, puis le National Park Service l’a préempté. Il est aujourd’hui fermé et ne sert plus que de Ranger Station avancée l’été.

P1120021

P1120030

Je reste un long moment, scrutant les environs à la recherche de vie, à l’écoute des avalanches de fonte qui dégringolent dans les cascades à intervalles réguliers.

P1120037

P1120025

Il faut rebrousser chemin et redescendre. Parcourir le même chemin en sens inverse lui donne une autre perspective. D’autres détails apparaissent, que j’avais manqués à la montée.

P1120039

P1120040

Je récupère ma tente, la plie dans le sac et m’accorde une courte pause avant de descendre à O’Neill Creek, où j’établis le camp juste en bord de rivière. Le feu est bien plus facile qu’hier, le bois mort ayant pu sécher partiellement aujourd’hui au soleil. Ce soir encore, même routine : repas, lecture, observation des environs. Le bruit de la rivière est hypnotisant et aucune conversation ne vient le perturber.

P1120044

P1120047

P1120049

P1120051



"Study nature, love nature, stay close to nature. It will never fail you." - Frank Lloyd Wright

Le moment de redescendre pour de bon de la montagne arrive. Je repasse à Pony Bridge, et prend le temps de regarder les environs en détail, en particulier le méandre que forme la rivière dans sa gorge.

P1120057

P1120063

Arrivé à la voiture, le spleen me prend, je suis déjà nostalgique de ne plus être là-haut.

P1120069



Pour poursuivre un peu l’immersion, je reprends la voiture pour remonter cette fois la North Fork de la Quinault River. La végétation est plus alpine de ce côté-là, et l’Irely Lake que j’atteins rapidement (sans sac, cette fois) a un air de Rocheuses Canadiennes. Le temps est magnifique, et plein d’oiseaux occupent l’espace.

P1120079

P1120083



Pour mon dernier soir je suis à Quinault dans un motel aux airs de chalet des années 50. La vue sur le lac depuis le balcon lui donnerait 5 étoiles.

Sans titre

Le lendemain je n’ai que la matinée avant de refermer cette parenthèse. J’opte pour les boucles de rando à la journée autour de Quinault pour ressortir les baskets. Un environnement unique pour courir !

P1120090

Sans titre

P1120092

Sans titre



Des vacances courtes mais parfaites, un break salutaire. J’aurais voulu (et c’était prévu) partager ces moments avec Emmanuelle, mais la vie a décidé que non, et qu’il faudrait revenir. Le monde est tellement beau.

P1120089

Seattle

Le meeting bi-annuel de printemps se déroule cette année à Seattle au cœur du Pacific North-West, à l’extrémité nord-ouest du pays, tout proche du Canada et de Vancouver. La ville est bien sûr intéressante mais c’est surtout l’environnement immédiat qui représente une superbe opportunité, et j’ai prévu d’y passer quelques jours après cette semaine de boulot (article suivant sur cette page !).

Pour l’instant, je débarque de l’avion sous une pluie battante, qui fait la réputation de la ville. Il paraît pourtant que le cumul annuel y est moins élevé qu’à New York, par exemple. Pour l’heure il pleut et il y a un vent fort et froid. Il y a une importante culture dite underground à Seattle, et c’est ici qu’est née la culture grunge. Des groupes comme Pearl Jam ou Nirvana se sont produits dans ces petits cafés ou ces micro-brasseries peuplées de hipsters, à l’ambiance sympathique sur Belltown.

#seattle

P1110943

Sans titre

Le Pike Place Market est un des points centraux de la ville : les poissonniers s’envoient les poissons comme des ballons de baskets entre les étalages, pour épater les clients. Ambiance assez atypique des US.

Sans titre

P1110942

P1110944

P1110947

Sans titre

P1110946

Autre attraction majeure, la fameuse Space Needle, construite pour l’Expo Universelle en son temps. Son design déjà futuriste à l’époque ne s’est pas démodé : depuis le pont d’observation tout en haut, on voit les différents quartiers de la ville, mélanges de lacs, de bras de mer et de collines. A son pied, le Museum of Pop Culture, par l’architecte Franck Gehry (à qui on doit le très fameux Guggenheim de Bilbao). Et on voit bien sûr les montagnes, encore enneigées : la chaîne des Cascades, le Mont Rainier (immense !) et les montagnes Olympiques. Pas mal, comme cadre.

P1110949

P1110955

P1110951

P1110950

#seattle Museum of Pop Culture by Franck Gehry

Comme d’habitude pour tromper le jet-lag (réveil à 2h du matin…), je commence par un petit tour en courant. Lake Union et le quartier d’Amazon (le siège mondial de l’entreprise est ici, dans un quartier quasiment dédié, et toute l’ambiance ‘silicon valley’ s’y est développée autour), puis le Queen Anne, le plus vieux quartier de Seattle et ses belles maisons, avec vue sur le centre.

Sans titre

#TheSpheres

Je profite ensuite d’un peu de temps libre pour aller faire quelques appros nécessaires à la fin de semaine chez Rei Co., sorte de Vieux Campeur puissance 10. Il y a un mur d’escalade dans le magasin, ainsi qu’une piste extérieure pour essayer les VTT. Jeudi matin, idem avant le boulot (sous un soleil magnifique) : un tour vers Capitol Hill m’emmènera dans le grand Washington Park Arboretum, puis sur la tombe de Bruce Lee (en service commandé par un collègue, fan d’arts martiaux) dans un grand cimetière comme on en voit dans les séries.

Sans titre

Sans titre

Sans titre



Voilà venu le moment de boucler mes affaires pour la suite!

Packing for wilderness #olympicnationalpark

Vacances

Les vacances d'hiver commencent sous la grisaille à Saint Gervais, juste le temps de faire une petite sortie sous la pluie (neige pourrie détrempée jusqu'à 2300m...) avant de repartir vers Autrans.



Nous aurons fait pas mal de ski alpin, beaucoup de ski de fond et même du telemark, à l'occasion d'une initiation avec prêt de matos gratuit par l'association Vercors Telemark à Méaudre.

Sans titre

#tmk

Photo

Photo

Photo

Le Monthieu

C'est un petit sommet niché au pied des Dômes de Miage, qui présente une belle pente soutenue et bien orientée, rapide d'accès depuis les Contamines. Bizarrement, je l'avais souvent regardé, sans jamais y être allé jusqu'à maintenant.

Il neige aujourd'hui, donc un objectif rapide est parfaitement adapté. Nous partons donc de la Frasse avec Emmanuelle sous de très gros flocons. La forêt se remonte assez vite et efficacement, par une trace toujours raide, on débouche sous la Tête d'Armancette.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Arrivés à la crête, on découvre la vue sur le versant Miage, alors que le plafond s'élève un peu:

Sans titre

Sommet: le reste de l'arête mène petit à petit jusqu'aux Dômes de Miage, mais à skis c'est ici que l'on s'arrête.

Sans titre

Boum! Selfie.

Sans titre

Pente soutenue au début, et grosse neige parfaite.

Sans titre

Sans titre

La suite dans la forêt est agréable aussi, bien enneigée - nous avons pris l'option retour par le chemin de montée, la directe sur le lac étant encombrée de méchantes boules de la coulée qui a ravagé le vallon du bas.

Sans titre

Shanghai

Je commence naturellement ce nouveau séjour à Shanghai par un petit tour à Xin Tian Di. Alors c’est pas vraiment la Chine, on est d’accord. Ici tout est lustré, c’est un quartier pour touristes occidentaux et expatriés, qui trouvent de quoi manger pour l’équivalent d’un SMIC chinois. Mais la nuit, c’est assez chouette, c’est tout près de mon hôtel et ça permet de se mettre dans l’ambiance doucement.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Je poursuis mon premier tour pédestre par le Yu Garden et la vieille ville de Shanghai. Tout coloré, et lumineux, ça se prépare doucement pour le Nouvel An Chinois et l’année du Chien.

Sans titre

Sans titre

Par de petites ruelles, je rejoins le grand quai sur la rivière Huangpu, le Bund – que vous connaissez sûrement, à force de voir mes photos ici.

Sans titre

Sans titre

Vous le savez donc sûrement déjà, mais je le réécris quand même. C’est le hotspot de Shanghai, qui offre côté pile un grand boulevard bordé de bâtiments coloniaux des années 30 – principalement des sièges de banques d’architecture anglaise – et côté face la rivière Huangpu, et une vue sur Pudong, le quartier des affaires de la ville, hérissé de gratte-ciels emblématiques dont la Shanghai Tower, deuxième plus haute tour du monde.

Ça donne donc ceci, côté pile :

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Et ceci côté face:

Sans titre

Sans titre

Par la Nanjing Road, je remonte vers People’s Square. C’est l’artère la plus commerçante de Chine, paraît-il. On y trouve le Peace Hotel, haut-lieu de la ville pendant son époque anglaise, très renommé dans les années 30 pour ses soirées jazz endiablées et actuellement en pleine renaissance.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Le mardi je me rends à l’usine, à 2h de route au Nord – la Chine est bien moins urbaine, et bien moins sexy. De retour le soir, je me rends dans Pudong pour monter dans le Shanghai Financial Center, tour plus connue sous le nom de « décapsuleur ». Vous avez compris pourquoi.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Pour monter plus haut encore, voici la Shanghai Tower et ses 632m, d’où on admire la ville depuis une plateforme circulaire.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Mercredi : il fait beau, et après l’air froid et vicié du début de semaine, ça fait du bien.

Sans titre

En sortie de boulot, je fais mon tour habituel, accrochant au passage la façade mobile de la Fosun Foundation. Les orgues de bambou bougent doucement le long de la façade de ce bâtiment, rendant l’apparence du bâtiment différente à chaque instant. C’est un nouveau marqueur architectural de Shanghai depuis son inauguration.

As seen on @dezeen

Sans titre



Sans titre

Sans titre

La vie n’est pas facile pour le coureur à pied à Shanghai. La qualité de l’air est certainement déjà un premier obstacle, la circulation en est un autre. Des feux rouges partout, obligent à sans cesse interrompre le rythme. Si l’on choisit les quelques rues piétonnes existantes, on risque à tout moment la collision avec un chinois (et ils sont nombreux) marchant les yeux rivés sur son smartphone géant, avec une trajectoire imprévisible. C’est un peu le jeu de quilles, avec des quilles aléatoirement mobiles.

Avec un rythme moins rapide, je me rends à Tian Zi Fang et ses petites ruelles commerçantes. Les maisons sont des « shikumen » : l’habitat traditionnel chinois du 19ème siècle, mélange culturel d’architecture ancestrale chinoise et moderne occidentale. Il reste des quartiers entiers de Shanghai où les tours n’ont pas encore vaincu, et Tian Zi Fang est un de ceux-là.

Sans titre

Sans titre

Notez qu’il commence à neiger.

Le jeudi au bureau, tout le monde me met en garde contre une « Snow Storm » prétendument attendu dans la journée. En bon occidental alpin blasé, je me gausse à la vue des trois flocons qui virevoltent. La neige est peu fréquente à Shanghai, ça semble être un évènement.

Le soir venu, en sortant du bureau, finalement il neige pas mal, et ça commence même à s’accumuler sur les trottoirs. Le temps de me préparer pour la course du soir, c’est la baston : un vent tempétueux et de la neige qui tombe très fort. Je fais amende honorable sous la capuche de ma veste le visage fouetté par les flocons, la SnowStorm aura fini par arriver…

Sans titre

Nouvel obstacle pour le coureur à pieds: le regard des chinois est déjà suffisemment incrédule lorsqu’il fait à peu près beau, là c’est carrément la rencontre du 3ème type.



Lorsque j’arrive à sortir l’appareil photo, les lumières du ciel de neige sont intéressantes. Sans titre

Sans titre

Le lendemain matin, vol retour vers la France. J’immortalise un Shanghai recouvert d’une fine couche de neige. Il a du en tomber beaucoup plus, mais la chaleur de la ville l’empêche de s’accumuler.
Shanghai n'a encore pas déçu.

page 1 sur 60 suivante »