Archives août 2017

Rocher des Mottets

Après l'école de glace, ils en veulent encore. Direction l'école de grande-voie.

19 longueurs au Rocher des Mottets (Vallée de Chamonix), niveau AD en grosses, approche réduite, équipement sans souci.

Une vraie matinée de bonheur et de déconne aux relais...!

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

De l'arrêté municipal sur le Mont-Blanc

Le Maire de Saint-Gervais-les-Bains, commune à laquelle je suis historiquement et familialement attaché, vient de signer le 17 Août 2017 un arrêté municipal imposant une liste de matériel obligatoire pour l’ascension du Mont-Blanc. Prenant la forme d’un coup de menton et sur un ton condescendant difficilement supportable, il « se voit obligé de siffler la fin de la récré » (sic) face à une prétendue augmentation des tentatives d’ascension par des coureurs à pieds, équipés trop légèrement à son goût. Pratique pourtant ultra-marginale face à l’afflux massif d’alpinistes sur le toit de l’Europe.
En plus de me toucher particulièrement en tant que pratiquant de la montagne, cette décision m’interpelle. Lors de notre ascension du Mont-Blanc du Tacul en début de semaine, j’ai vu des cordées de tchèques descendre l’arête de l’Aiguille du Midi. Bordée de 2000m de vide d’un côté, et de 300 bons mètres de l’autre, c’est un parcours nécessitant – en plus d’une technique correcte de cramponnage – un matériel permettant d’enrayer rapidement une chute ou une glissade, sous peine d’envoyer tout le monde en bas. Mes cordées de tchèques donc, pourvus de crampons cassés et non attachés à leurs chaussures, ne savaient manifestement pas se servir d’un piolet, pour ceux qui en avaient un. Encordés à la taille à 10m les uns des autres, de longs anneaux à la main, inutile de dire que le moindre faux-pas n’aurait eu aucune chance d’être retenu. En plus de probablement tous descendre, ils auraient aussi pu entraîner d’autres cordées lors des croisements. Ils avaient pourtant le matériel obligatoire. Mais prenaient selon moi beaucoup plus de risque qu’un Kilian Jornet, parcourant les arêtes en short et en baskets avec beaucoup de marge technique.

Cette anecdote pour affirmer que cet arrêté ne résoudra rien, et le temps le prouvera. Imposer un matériel obligatoire ne diminuera pas le nombre d’accidents, de secours ou d’interventions. Le casque est d’ailleurs absent de la liste du matériel préconisé, alors que le plus grand risque sur la voie de Saint-Gervais pour le Mont-Blanc est bien celui des chutes de pierres dans le tristement célèbre Couloir du Goûter… Où est la cohérence ? La clé est bien sûr dans l’autonomie en montagne, la responsabilité et le niveau technique. Qu’un coureur ou un montagnard expérimenté parte en chaussures basses et sans corde ne me choque pas. Mais en dehors des risques objectifs, inhérents au fait de se trouver en montagne – un milieu risqué, par nature - chacun doit avoir conscience de son niveau, des conditions du moment et de sa capacité à passer en autonomie sur l’itinéraire choisi. Et renoncer est toujours une option, si l’un ou l’autre des critères n’est plus rempli.

M.Peillex se prend manifestement pour celui qu’il n’est pas. Il ne manque pas d’ambiguïté lorsqu’il promeut sa commune grâce au Mont-Blanc et à son attrait, se bat pour garder le sommet sur son territoire face à l’UE, mais fustige l’affluence des ascensionnistes et leur prétendu sous-équipement. Comment étaient équipés Paccard, Balmat, de Saussure ? Et plus récemment, un Rébuffat en chaussures à clous et chemise de flanelle ? Une telle promotion autour du Mont-Blanc ne contribue-t-elle pas à développer son attrait, et à augmenter encore l’affluence ? Et parmi tous ceux qui seront sensibles à cet appel du sommet, n’y-aura-t-il pas également des gens insuffisamment préparés ?

Verra-t-on un jour un Maire imposer le port de la bouée pour la baignade en mer, au prétexte que les nageurs sous-équipés mettent en danger les sauveteurs en mer ? M.Peillex rendra-t-il bientôt la présence du guide obligatoire sur le Mont-Blanc, ou la délivrance d’un permis d’ascension (payant !), délivré sous réserve d’avoir pu justifier de sa propre expérience en montagne ? Comme si cela pouvait protéger des chutes de pierres…

Triste époque, qui veut réguler, réglementer puis interdire les derniers espaces de liberté que sont les montagnes, où l’on peut encore se retrouver seul face à soi-même, en responsabilité.

Mont-Blanc du Tacul

La montagne a beau être très sèche en cette mi-Août, l'itinéraire est encore en bonnes conditions, sans trop de rimayes difficiles ni de séracs trop menaçants. Et le Mont-Blanc du Tacul reste un beau sommet peu difficile, rapidement accessible depuis l'Aiguille.

Photo

P1110658

P1110663

P1110664

P1110667

P1110669



Ecole de Glace

Cela faisait un moment que les grands étaient demandeurs de chausser les crampons et d'aller marcher sur le glacier. Nous en avons profité pour apprendre les techniques de base du cramponnage et de la progression sur glace en s'aidant du piolet. S'ajoutent à cette séance la descente puis la remontée des échelles du Montenvers, donnant à la sortie un petit parfum de via corda pour les enfants.

En plus des techniques pures, ils ont aussi réalisé qu'en montagne on peut avoir froid, puis chaud. On a faim, puis soif, parfois on est fatigué. Mais on garde toujours le sourire et on profite de ce milieu naturel fascinant sans relâcher son attention. Bref... enthousiasme et lucidité.

P1110585

P1110586

P1110589

P1110590

P1110593

P1110607

P1110604

P1110601

P1110613

P1110646

Photo

Le ver est dans le fruit.

Bivouac

Avec des enfants relativement jeune et en autonomie, un petit séjour en montagne en autonomie ne serait-ce que pour une seule nuit tourne vite à l'expédition. Plusieurs tentes, sacs de couchages, matelas, vêtements chauds, réchaud... On se transforme finalement assez vite en sherpa, très loin des concepts de Bivouac Ultra Léger.

Notre lieu choisi est le Plateau d'Emparis et son Lac Noir, en balcon sur la Meije et le Râteau. La météo nous promet une belle météo pour le mercredi, et mauvaise pour le jeudi. Et ça s'est concrétisé: il a plu toute la nuit, et un brouillard dense nous a enveloppé toute la matinée.

P1110499

Un lieu qui ne déçoit pas.

P1110514

P1110511

P1110513

P1110551

P1110572

page 1 sur 2 suivante