Archives janvier 2019

Goulotte du Chien

Nous pensions qu'il avait peu neigé, que les conditions de ski ne seraient pas terribles, et pour changer nous sommes partis à pied vers cette goulotte de Casserousse. Erreur! Il y avait de la neige et nous aurions été mieux à skis. Pas grave, ça change un peu.

Goulotte facile et peu technique, qui s'est présentée comme un repli - notre objectif initial étant encombré d'une cordée juste devant nous.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Mexique

Un certain tropisme vers l’Amérique se confirme sur ce blog. Mais l’Amérique est un continent, et ne se limite pas aux Etats-Unis d’Amérique même si l’abus de langage est courant. Et c’est bel et bien un abus, au regard de la proportion d’américains du Centre et du Sud, mais également au vu des disparités de mode de vie, de culture et de milieu géographique.

Le Mexique est l’illustration de cette disparité : situé en Amérique du Nord et frontalier des Etats-Unis d’Amérique, mais bien plus proche d’autres pays d’Amérique du Sud dans ses traditions et sa culture. Très proche en tout cas d’autres pays que nous avons visité par le passé sur le Sud ou le Centre du continent.

Voyager avec des enfants (finalement pas si grands) dans ce type de pays est certes une expérience inoubliable, mais qui nécessite une certaine résilience. On ne mangera pas à heures fixes et le menu ne sera pas toujours celui que l’on voudrait. On dormira dans des hôtels au confort un peu rustique, voire parfois carrément rugueux. On aura chaud, on aura soif, on sera fatigué de la route, qui sera souvent mauvaise et parfois pleine de surprises. Mais surtout, et c’est parfois le plus dur pour nos enfants à nous… on ne sait pas tout cela à l’avance ! On ne peut pas dire comment ce sera, ce qu’on mangera, combien de temps de route il faut, si c’est loin, ni s’il y aura une piscine ou une terrasse ou un restaurant ou un lit pour chacun. On ne peut pas répondre à ces questions. Un vrai effort de lâcher-prise pour eux, mais un apprentissage de l’enthousiasme et une ouverture sur le monde inestimable pour de jeunes esprits en pleine construction.

Il nous fallait un voyage lointain et suffisamment dépaysant pour clore cette année 2018 pas facile, dont on voudrait « tourner la page » de certains évènements le plus vite possible. Tourner la page au sens presque littéral du terme : passer à la suite - mais sans pour autant oublier et en ayant appris, retenu, et grandi peut-être un peu ? Bref, c'est là qu'on va.

Presentation2

Notre arrivée à Cancun le 24 décembre au soir est un peu bizarre : nous sommes fatigués des 11h de vol, il est tard, il fait chaud. Les petits dorment à moitié sur les sacs à même le sol. Nous peinons à trouver un taxi pouvant nous transporter tous les 5 et devons attendre un minibus pour nous déposer à la Mansion Ghia, dans le quartier Bonfil de Cancun. Nous avons évité la Zona Hotelera et ses grands hôtels touristiques de bord de mer comme la peste.

Nos chambres sont dans le plus pur style des hôtels basiques sud-américains, mais nous nous endormirons sans mal, malgré les pétards nocturnes célébrant Noël qui dureront jusqu’au matin. Le lendemain matin, jour de Noël. Pas de petit-déjeuner, pas d’argent local pour aller chercher à manger ni pour prendre un taxi et aller chercher notre voiture de loc. Le gérant de l’hôtel me dépanne de 500 pesos et un taxi me conduit à l’agence. Je récupère la voiture, passe tirer de l’argent, et retourne à l’hôtel chercher toute la troupe. Chargés de nos bagages, nous passons chercher quelques-unes de ces fantastiques petites bananes sud-américaines que l’on trouve partout. Cela fera office de petit-déjeuner et nous rappelle des souvenirs du Pérou.

Presentation

Akumal

Notre route nous conduit à Akumal, dans une petite maison chez un couple d’Etasuniens installés ici. Posé au milieu de la jungle, l’endroit est très sympa et confortable et tout proche de nos étapes pour les 2 jours à venir : Tulum et ses ruines mayas posées au bord de l’océan, et la baie d’Akumal où nous espérons nager avec des tortues marines.

Nous sommes le 25 décembre et nous mangeons sur le bord de la plage, les pieds dans le sable. Le ciel n’est pas limpide et des grains arrivent de l’Océan, poussés par une brise de mer. Pour autant il fait chaud – assez chaud pour se baigner et lézarder sur la plage. Masques et tubas sont de sortie, les enfants exultent et d’emblée en bord de zone protégée dans la Baie d’Akumal, voilà les tortues.

P1010012

P1010014

P1010020

P1010027

P1010029

P1010033

Tulum

Les ruines de Tulum sont un best-seller de la Riviera Maya, du nom de cette côte orientée Est de la péninsule du Yucatan, mais en réalité entièrement dans l’état du Quintana Roo.

Les mayas avaient construit cette ville sur une falaise surplombant l’océan, avec quelques petites plages accessibles depuis la falaise. L’endroit est magnifique en lui-même, et sa situation particulière le rend d’autant plus éblouissant. Bien sûr, il y a pas mal de monde, et tout un complexe touristique à base de mauvais restos, de magasins de souvenir et de racoleurs de rue.

Sans titre

Sans titre

P1120666

Sans titre

P1120687

P1120691

Baignade sur la plage des ruines de Tulum, et jeu dans les vagues, avec vue sur le site depuis l’océan. Bien.

P1010058

Un des grains sus-cités nous surprend dans les vagues, et en 3 minutes tout le monde est trempé. Les parapluies sortent et certains se protègent sous les arbres, mais la plupart des visiteurs (dont nous) se laisse mouiller par l’averse tropicale, les pieds dans la boue. L’averse est par définition passagère.

Pour déjeuner, nous optons pour quelque chose de moins agité que la zone touristique et partons pour le centre de Tulum (par ailleurs agréable) et un resto végétarien. Le burger manquera d’un bon steak, dirons les enfants.

Dans l’après-midi, nous visitons notre premier cenote. Ces formations géologiques particulières sont typiques de la péninsule. On en trouve plus de 1000, plus ou moins aménagés pour la visite. La péninsule étant formée d’une dalle calcaire parcourue de rivières sous-terraines, la voûte s’est par endroit effondrée, laissant apparaitre un trou ou un gouffre, rempli d’eau dans lequel on se baigne. Les cénotes sont plus ou moins fermés, profonds voire souterrains. Souvent, les arbres de la surface ont développé un accès à l’eau en laissant pousser les racines jusqu’au fond. Unique en son genre.

Le Gran Cenote est assez aménagé et fréquenté, mais il est exceptionnel : peuplé par des tortues et des poissons-chats, il comprend un tunnel reliant 2 accès à la surface. Nager dans un tel environnement est vraiment fantastique, pour les grands comme pour les petits.

P1010069

P1010091

P1010093

P1010086

P1010077

P1010099

Nous finirons la journée sur la plage principale de Tulum, genre plage paradisiaque. Re-baignade.

Sian Ka’an

C’est une des plus grandes réserves naturelles du pays, en bordure de côte, avec un milieu naturel fait de marécages, mangroves, lagunes aux eaux cristallines. Elle n’est pas facile d’accès, il n’y a pas de route y conduisant, et en dehors des tours organisés (très chers), il est impossible d’y pénétrer. Mais nous avons un plan !

Par les ruines de Muyil (désertes mais intéressantes), on accède à un petit sentier de bois sur la mangrove, au cœur de la jungle. Peu de temps plus tard on accède à un mirador, une tour en bois de 40m offrant un point de vue sur la réserve. L’ascension de la tour est vertigineuse.

P1120707

P1120703

Sans titre

P1120710

P1120711

P1120712

Plus loin sur ce sentier, on arrive en bord de la première lagune, où il est possible de prendre une petite barque pour un tour de 2 heures dans la réserve. Le bateau traverse la première lagune, et emprunte un canal taillé par les mayas dans la mangrove. Il est très étroit mais donne accès à la deuxième lagune, 5 fois plus grande que la première. Tout au bout de celle-ci, un canal naturel (pas plus large que le premier) donne accès à la mer… 10km de mangrove et de marécages plus loin.

P1120715

P1120721

P1120722

La barque s’arrête, et le capitaine nous explique que nous pouvons nager dans ce canal, portés par le faible courant vers la mer. Nous faisons donc 1km dans ce canal, tous seuls dans la mangrove… C’est une expérience incroyable.

P1120726

P1120733

P1120731

P1120729

Un petit ponton signe la fin de notre parcours, et notre guide nous a apporté nos chaussures. Nous empruntons alors un chemin de caillebotis pour revenir au bateau à pieds.

P1120737

Le bateau nous ramène alors à notre point de départ.

Après un petit pique-nique à Muyil, nous prenons la route pour Bacalar.

Bacalar

Tout au Sud de la péninsule, quasiment limitrophe du Bélize, se trouve la Laguna Bacalar. Elle est longue dans le sens Nord-Sud (presque 50km) mais étroite (1km à 1,5km de large). Ses eaux sont transparentes et les fonds lui donnent des couleurs hallucinantes. Pour couronner le tout, elle est à l’écart des circuits traditionnels de visite de la péninsule. C’est véritablement un joyau, très préservé, sans visiteurs étrangers ou presque. Chuuuut !

Sans titre

Notre hôtel est le plus ancien de la région, dans un style très années 70 un peu défraîchi. Son charme désuet (à base de moulures en béton, de peintures banches et turquoise et de coquillages incrustés) en fait un lieu attachant, bien que notre chambre soit assez sommaire – mais pourvue d’une vue incroyable sur la lagune !

Sans titre

P1120743

Pour ajouter au charme du lieu, le village de Bacalar est très agréable.

Partant d’un des Balearios du bord de lac, nous partons en kayak pour le Canal des Pirates : un canal naturel à haut-fond reliant la lagune principale à une autre. Ce n’est qu’à 1km de pagaie, mais le vent de face causera de sérieux problèmes aux jeunes dans leur embarcation. Jo et moi les attendrons 30min sur place, puis ferons demi-tour pour les rejoindre. Faisant littéralement du sur-place, ils feront demi-tour avant d’arriver au Canal. La baignade dans le lac effacera très vite leur frustration.

Sans titre

P1120747

20170107_043614A

P1120745

Sans titre

Pour l’après-midi, nous visitons Los Rapidos, l’extrémité de la lagune où le flux se resserre et présente le courant d’une rivière. C’est aussi l’endroit où l’on nage dans les stromatolites, des structures géologiques sédimentaires et biologiques, qui se présentent ici sous la forme d’immenses bénitiers d’église immergés ; masque et palmes sont sortis après le repas, pour une séance de nage insolite dans les rapides.

P1120754

20170107_082103A

Le lendemain, nous profitons de nouveau du lac au Balneario Municipal – où pour un prix de parking dérisoire, on se gare et on est tous seuls sur l’immense ponton de baignade. Dur !

Sans titre

Becan

Nous empruntons dans l’après-midi la Ruta Rio Bec, ou route 186 traversant l’immense réserve de Calakmul d’Est en Ouest. Plusieurs centaines de kilomètres de jungle sans traverser de villages. Xpujil sera notre premier stop pour un pique-nique rustique en bord de route.

Nous ferons ensuite une halte aux ruines de Becan. Site maya déserté, avec une pyramide de 40m de haut… sur laquelle on peut monter ! Les escaliers sont raides mais la vue sur la jungle vaut le détour.

Sans titre

P1120764

Sans titre

Sans titre

P1120769

Calakmul

Nous logeons ce soir-là dans de petites cabanes dans un patelin minuscule, avec rien autour. Nous étions là initialement pour faire l’aller-retour aux ruines de Calakmul, site maya perdu dans la jungle. Une piste pleine de trous mène de la route 186 à ces ruines, et les 60km (aller simple) se couvrent en moyenne en 1h30. 3h de visite sur place, plus le retour, plus la route pour pousser jusqu’à Campeche… nous voyons arriver petit à petit la journée mortelle à 8h de voiture sur route merdique, et les enfants devenant fous à l’arrière. Notre motivation pour le lendemain s’étiole petit à petit.

Mais pour l’heure, nous arrivons à Conhuas dans ces petites cabanes, finalement très sympas. Et assez vite le propriétaire nous oriente vers un spectacle particulier, que nous avions lu aussi quelque part sur internet. Il n’y a aucune info nulle part, ni dans les guides ni sur les sites officiels, mais il y a quelque part dans cette jungle une grotte, d’où sortent tous les soirs à la même heure, des centaines de milliers de chauve-souris en quête de leur nourriture nocturne. Intrigués, sans vraiment savoir à quoi nous attendre, nous nous rendons donc sur le petit chemin de terre perpendiculaire à la route 186 vers le point kilométrique 106. Un petit sentier nous mène au pied d’un immense gouffre cylindrique (40m de diamètre par près de 50 ou 60 de profondeur), pourvu d’une petite ouverture dans le bas.

Nous attendons. Il est 17h, le soleil se couche presque.

Quelques autres visiteurs arrivent.

Nous attendons encore. Soudain, le gouffre prend vie et à la suite de quelques éclaireurs, des dizaines puis des centaines puis des milliers de chauve-souris de 10cm s’envolent en spirale montante de l’ouverture du gouffre vers le sommet des arbres, puis le ciel. Elles sont bientôt des dizaines, peut-être des centaines de milliers à s’envoler ensemble, dans une odeur de guano qui devient forte. Quelques individus isolés s’égarent dans les parois du gouffre, et finissent parfois même dans les arbres ou autour des spectateurs, nous frôlant furtivement.

Un spectacle unique et fascinant, qui durera une demi-heure.

P1120777

P1120776

Sans titre

De retour à la cabane, le repas nous sera servi par nos hôtes au coin du feu. Nous déclarons forfait pour les ruines de Calakmul !

Campeche

Sur la route de Campeche, nous faisons d’abord un arrêt à Balamku et ses ruines mayas, dont la spectaculaire frise de 17m en bas-relief. Siho Playa sera notre étape de l’après-midi, dans un hôtel-restaurant isolé sur la côte.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

P1120792

P1120794

Nous arrivons le soir à Campeche où nous avons une chambre dans un Hostel (l’équivalent d’une auberge de jeunesse) dans le centre. La ville nous plaît tout de suite, et l’ambiance nocturne y est festive, détendue et conviviale. La ville est attachante. On y trouvera même un Père-Noël - un peu décalé ici – et un spectacle de son et lumière sur les façades coloniales de la ville.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

La ville a dû lutter contre les pirates sévissant dans le Golfe du Mexique dans les années 1600. Elle en a gardé des fortifications intéressantes, entourant le centre et ses rues aux façades colorées.

P1120808

P1120807

Sur la route vers le Nord, et alors que nous avons quitté la ville, se présente une expérience intéressante. Un policier (il y en a beaucoup le long des routes) décide de nous arrêter. Il affirme que je roulais à 85km/h, au-delà de la limite de 45km/h prétendument en vigueur. Ce dépassement me vaudrait 3 jours de retrait de permis. Mais étant dans un bon jour, il est prêt à effacer la photo du système de radar qui nous a détectés (mais qui n’existe pas) et nous laisser partir pour la somme de 3500 pesos (130€) en cash. Parlementations, négociations en espagnol approximatif… je lui demande un reçu (manque de chance ! il n’est pas habilité à en émettre un), il voit que nous résistons. Nous nous apprêtons à appeler l’agence de location de la voiture, ayant offert ce service d’assistance en cas de problèmes, et parvenons finalement à le décourager de sa tentative d’extorsion. Vous êtes des touristes, ça ira pour cette fois, conduisez-prudemment.

D’habitude plutôt rassurés par la présence policière, nous serrerons désormais les fesses à chaque barrage pour le reste du voyage, comme de vrais criminels.

Dans la région d’Uxmal, le cenote Kankirixche est un must : semi-souterrain, pourvu d’un escalier de bois d’où il est possible de plonger de 5m, et d’une eau limpide dans laquelle on plonge très profond. Il s’atteint par une route de terre très cabossée qui fait couiner notre voiture.

Sans titre

Sans titre

Pour les 2 nuits qui s’annoncent, nous sommes à l’Hôtel FlyCatcher de Santa Elena. A proximité immédiate du site majeur d’Uxmal, ce sera notre véritable coup de cœur du voyage. Au milieu d’un jardin tropical avec piscine, cette ancienne hacienda reprise par une anglaise est confortable, accueillant et on y mange très bien. Et c’est parfait, nous sommes le 31 Décembre et il y a justement un repas de réveillon.

P1120813

P1120820

P1120822

Uxmal

Sans conteste le plus beau site que nous ayons vu. Calme et étendu, facile à visiter, les pyramides et les structures sont étonnantes.

P1120825

P1120832

P1120835

P1120839

P1120841

P1120847

Nous remontons ensuite la route vers Merida pour l’hacienda San Antonio Hochil. Elle fut jadis (comme d’autres dans cette région) une fabrique prospère de fibres de sisal, à l’époque ou le nylon n’existait pas encore. La plante était cultivée ici, et transformée pour en faire cette fibre végétale dont on faisait les cordages. Dans ce grand bâtiment d’architecture hispanique en reconversion après l’écroulement de cette industrie après la guerre et l’apparition des fibres synthétiques, on trouve désormais un restaurant. Particulièrement recommandé pour le cadre bien sûr, mais également pour le menu.

P1120858

P1120869

P1120868

P1120870

A proximité immédiate de ce domaine, on trouve également 2 cénotes : X-batun et Dzonbacal. Le premier étant trop rempli à notre goût, nous nous sommes assez vite rabattus sur le deuxième, qui fut bien plus agréable.

20170104_223436A

20170104_222903A

Les ruines de Kabah et la fameuse Arche (une sorte d’Arc de Triomphe) sont également tout proche de Santa Elena.

P1120882

P1120879

P1120892

Cenotes de Cuzama

Voilà encore un must du coin : sur la route vers Izamal, prochaine étape, nous passons par Cuzama. Le coin est truffé de cenotes, dont certains accessibles uniquement par les rails des wagonnets d’anciennes haciendas.

La voiture garée, on monte dans ce qui s’appelle ici un « truck » : un wagonnet branlant, tiré par une mule au galop sur des rails de train miniature. Sensations garanties (à part bien sûr la sensation de sécurité, définitivement absente) et rigolade au rendez-vous.

P1120900

P1120898

IMG_7927

4 cenotes sont visités au gré des arrêts du truck : Xpojil, Ayuso et Sak Pakak.

Le premier possède la voûte d’une cathédrale et un trou central par lequel la lumière arrive. Bien sûr, on peut sauter des rochers !

20170105_203956A

20170105_203824A

Le second est un minuscule lac au fond d’une grotte au bout d’un boyau.

IMG_7924

IMG_7923

IMG_7919

20170105_211521A

Le troisième sera le plus apprécié : très profond et étroit, il possède une corde qui permet de jouer à Tarzan parmi les stalactites… dément !

IMG_7929

IMG_7931

IMG_7935

Le dernier enfin présente un véritable escalier végétal formé par les racines des arbres descendant jusqu’à l’eau.

IMG_7946

Une très belle expérience, et des moments mémorables !

Izamal

La petite ville d’Izamal est connue pour son grand couvent, dont l’atrium est le deuxième plus grand après celui de Saint-Pierre de Rome. Un édifice monumental d’architecture hispanique qui trône au milieu de la ville et coloré en ocre, couleur reprise par les façades des maisons.

P1120901

P1120903

P1120902

P1120905

IMG_7957

P1120907

P1120908

P1120914

La ville a été construite sur un site maya, et certains édifices sont même construits avec les pierres des pyramides et autres structures religieuses. On trouve donc encore à deux blocs de distance une église et un temple maya de 40m de haut, créant un contraste saisissant. On réalise aussi la brutalité des colons espagnols qui imposèrent leur culture et leurs croyances par la force au peuple qui vivait là depuis des siècles, tuant, pillant, détruisant et réduisant souvent à l’esclavage les habitants. L’extermination d’une civilisation entière.

P1120911

P1120912

A proximité se trouve le cénote Chihuan : entièrement en lumière artificielle car entièrement souterrain, on y accède par un escalier creusé dans la roche sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur.

Il est très profond et très long. On peut y nager l’équivalent de 75m de distance, bien qu’à la fin on soit trop terrorisé par le noir, les stalactites et les abysses pour nager correctement.

20170106_230053A

20170106_231602A

20170106_231555A

Chichen Itza

Le site majeur de la péninsule est aussi l’un des plus visités, avec des cars entiers de touristes venant de Cancun en excursion sur la journée.

Peut-être que la réputation du site n’est finalement due qu’à la pyramide du Castillo (qui inspira Hergé pour celle des Picaros, sensiblement plus élancée). Le temple des Mille Colonnes est aussi intéressant.

P1120923

P1120928

P1120935

P1120936

Enfin, le Cenote du site laisse l’impression d’un trou un peu glauque quand on découvre que les mayas y pratiquaient des sacrifices humains en y jetant des hommes, femmes ou enfants, ne leur laissant aucune possibilité de remonter les parois verticales de 40m de haut. Sacrifiés au lever du soleil, les survivants éventuels étaient repêchés à la mi-journée, et servaient alors d’oracle.

Légendes sans témoin me direz-vous. Mais ce serait oublier les ossements humains de toutes tailles, parmi les pierres et bijoux retrouvés récemment au fond du cénote.

P1120937

P1120940

Le site nous a par ailleurs laissé une impression plus que mitigée, de par sa fréquentation importante, mais aussi par l’omniprésence des échoppes de souvenirs et d’artisanat le long des allées.

Tout près du site se trouve le cenote Ik’Kil, best-seller d’Instagram et des publications sur le Yucatan ! Il faut lui reconnaître son aspect particulièrement photogénique : trou parfaitement cylindrique profond depuis la surface, murs végétaux, cascades…

20170107_184751A

20170107_190100A

20170107_185519A

Plus confidentiel, le cenote de l’hacienda San Lorenzo Oxman est tout aussi impressionnant par ses proportions, et pourvu d’une corde de Tarzan…

20170107_214815A

IMG_8005

IMG_8013

Valladolid

La petite ville de Valladolid est tout aussi colorée que Campeche et d’architecture similaire. Nous n’y resterons qu’une nuit, dans un hôtel bien agréable situé sur la grande place.

P1120944

IMG_8022

P1120946

L’atmosphère agréable de la fin de soirée est colorée par des danseurs traditionnels.

IMG_8025

P1120956

Isla Holbox – le paradis

Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre lorsque nous mettons le cap sur l’île d’Holbox. On parle de plages magiques sur une île sans voiture, de douceur de vivre et d’atmosphère caribéenne loin du tourisme de masse.

Lorsque nous débarquons du bateau, il ne fait pas très beau (nous retrouvons une météo côtière, après 2 semaines de chaleur intense et de soleil), et c’est plutôt une ambiance grisâtre qui nous accueille.

IMG_8042

Ici, pas de voiture : on circule en voiturette de golf sur des rues et des chemins en sable, qui se creusent et gardent d’immenses flaques d’eau et de boue à chaque averse. Le taxi (voiturette de golf jaune) progresse cahin-caha dans ce bourbier, faisant parfois des détours pour éviter les flaques les plus grosses, puis nous dépose à la Casa Blat-Ha, où nos chambres sont littéralement devant la plage.

IMG_8046

IMG_8048

L’île d’Holbox est située dans une réserve de biosphère et possède quelques particularités naturelles. La faune typique de la mangrove y est bien sûr abondante, et on trouve aussi un type de plancton luminescent. Uniquement visible par les nuits sans lune sur les plages de l’extrémité ouest de l’île, ce plancton émet un rayonnement lumineux lorsqu’il est perturbé.

Etant proche de ces fameuses plages et la nouvelle lune étant justement ce soir-là, nous sortons à l’heure de la tombée de la nuit pour marcher jusqu’à Punta Cocos. Erreur. C’est justement l’heure que choisissent les moustiques pour sortir de leurs trous, et dès la sortie de la chambre, nous sommes dévorés. Cagoulés et sans ralentir, nous marchons sans lumière sur le chemin boueux, traversant des flaques dans l’eau jusqu’aux genoux, attaqués de toutes parts. Nous faisons très vite l’expérience de cette bioluminescence dans les eaux peu profondes, et rentrons le plus vite possible nous abriter.

L’expérience est singulière - en agitant les mains dans l’eau, on voit apparaître un net scintillement créé par le plancton – mais elle est un peu ruinée par les dizaines de piqures qui nous gratteront jusqu’en France !

La mangrove est déjà par nature un lieu propice aux moustiques. Ils trouvent des eaux stagnantes pour se reproduire. Ici, les marres d’eaux sales sur les routes leur offrent un milieu encore meilleur. Une sorte de réserve à moustiques.

Le lendemain, le temps est exceptionnel, et l’atmosphère change de la veille : programme plage. Nous commençons par louer des vélos, pour accéder aux parties de l’île les plus éloignées (bien que rien ne soit vraiment très loin). Ces pauvres machines sont mises à rude épreuve, traversant les flaques jusqu’aux moyeux, roulant dans l’eau salée de la mer et ramassant du sable dans la mécanique.

IMG_8068

IMG_8055

Nous commençons par Punta Cocos, qui présente un visage bien plus accueillant que la veille au soir, de nuit, attaqués par les moustiques. Une large baie se traverse à pied dans l’eau peu profonde de la mer, et nous permet de voir plusieurs espèces d’oiseaux de l’île : hérons, aigrettes, sternes, cormorans ou pélicans.

IMG_8051

IMG_8058

Sans titre

P1120991

P1120984

P1120971

P1120968

P1120979

P1120994

P1120998

P1130001 P1130004

Le village sur l’île est vraiment étonnant, et est baignée d’une atmosphère un peu hippie. Les gens circulent pieds nus ou à vélo dans le sable. Partout sur les murs, des fresques de street-art et des maisons colorés. Les petits restaurants et boutiques sont accueillants, et toute la vie est orientée autour de la plage. Par manque de moyens ou de matériaux disponible sur l’île, tout est un peu bricolé. On s’y sent vite bien et à l’aise, parmi les quelques touristes présents ici. Que deviendrait ce lieu si les millions de visiteurs qui logent à Cancun chaque année décidaient d’inclure Holbox dans leur circuit ?

P1130021

P1130025

Sans titre

IMG_8071

P1130039

P1130036

IMG_8100

P1130031

Inutile de préciser qu’à ce stade, on n’a pas envie de repartir, mais alors pas du tout.

P1130020

P1130014

IMG_8086

Pour notre dernière matinée sur place avant l’envol, je m’éclipse pour courir sur la plage et la mangrove (c’est inhabituel!) en direction de la pointe Nord de l’île (Punta Mosquito, je me demande d'où vient le nom). Puis nous profitons à nouveau du paysage avant d’entamer la longue route du retour.

IMG_8088

IMG_8093

Sans titre

IMG_8104