Les Pouilles

Cette année, nos vacances nous ont amenés dans la région des Pouilles, le talon de la botte italienne. Une région superbe, verte et fertile contrairement à toute attente. En vrac, on y a trouvé des champs d'oliviers multi-centenaires, les mers Ionienne et Adriatique à proximité, des villes et villages regorgeant d'églises baroques et de petites ruelles médiévales. Et puis bien sûr, il y a les glaces et la gastronomie italienne, qui atteignent ici leur meilleur niveau! Capocollo, huile d'olive locale et pizze et focaccie exceptionnelles.

Le début du voyage fut un peu mouvementé, pour cause de grève des bagagistes lors de notre escale à Rome Fiumicino. C'est donc sans valises que nous avons passé la première semaine à Martina Franca au coeur de la Vallée d'Itria, le temps de récupérer nos valises en stand-by à Rome. Obligés de s'organiser au mieux avec trois fois rien, nous avons du garder le sourire et adopter la devise "light is right", ou encore "less is more", au choix...



Les Pouilles, c'est ici:


Agrandir le plan

Et nous logions : dans un trullo typique situé dans un grand domaine arboré, avec une superbe piscine, et idéalement placé pour découvrir la région.

Parmi les lieux visités: Alberobello, Locorotondo et Martina Franca, situés tout près. Ostuni, Matera et Trani un peu plus loin. Polignano a Mare, Torre Cane et Torre Guaceto, sur la mer. Le tout sous un ciel bleu éclatant et par 30 ou 35°C, bien sûr.

Nos coups de coeur gastronomiques vont à la Braceria de Locorotondo et son menu de grillades typiques, aux glaces du Caffè Tripoli à toute heure du jour ou de la nuit à Martina et au restaurant il Terrazzino de Matera pour sa vue démente sur le sasso depuis une petite terrasse où le menu est à la hauteur.

Bref, une région accueillante s'il en est!

Encore Shanghai

Après un trip sur la journée dans notre usine de JiangYin, il me reste un peu de temps pour continuer à circuler dans les rues.

Xintiandi et son agréable quartier piéton dans les ruelles bordées de maisons en briques du XIXème. Dans le coin il y a aussi un musée commémorant l’emplacement du premier congrès du Parti. Mais ça je m'en fous.

IMG_1892

IMG_1893

IMG_1894



Je me déplace ensuite vers l'Est, par Shouning Road et ses boui-bouis installés sur le trottoir. Dommage, vous n'aurez pas l'odeur dans ces lignes.

IMG_1897


IMG_1898

Encore plus à l'Est, voici Yuyuan Mart et ses boutiques à touristes.

IMG_1899

IMG_1901

IMG_1902

IMG_1903

IMG_1904

IMG_1905

Ce quartier jouxte le Yu Garden, que je ne pourrais pas visiter à cette heure. Dommage. Demain peut-être?

Instantanés de Shanghai

Joli contraste avec l'article précédent... Je suis arrivé à Shanghai ce mardi après-midi, après un voyage en A380. Le gros avion est étonnement silencieux, ce qui rend le voyage moins fatigant.

Sans titre

C'est ma deuxième visite, j'ai déjà mes repères.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Causse de Blandas

C’est à mi-chemin entre Millau et Montpellier que nous avons posé nos paquetages pour ce week-end de la Toussaint. Beaucoup de nature bien sûr, mais pas que.

Le voyage a commencé vendredi, avec une première escale au Pont du Gard, presque déserté en cette saison.

P1050792

P1050801

Sur notre route, l’étape suivante se fit à Nîmes. Visite des Arênes et de la Maison Carrée avant de reprendre la route vers les Causses.

DSC_7341

DSC_7337

upload

Le Samedi matin, il y a un peu de brume mais la visibilité est suffisante pour profiter des vues sur le Cirque de Navacelles. Gigantesque et spectaculaire.

Cirque de Navacelles

Descente dans les Gorges de la Vis pour aboutir à la Résurgence, au Moulin de la Foux. La rivière est limpide et la nature luxuriante. Le soleil est sorti, il ferait presque chaud !

P1050819

P1050816

Brève escale à l’Auberge du Causse, à Blandas : adresse recommandée pour son atmosphère « bout du monde » mais à la cuisine bien faite.

Après la sieste de Jocelyn, nous ressortons explorer les menhirs, dolmens et cromlechs du Causse. Il est habité depuis le Néolithique, et nos ancêtres ont laissé ces drôles de cailloux dressés en forme de table ou de cercle, et dont l’utilité reste encore à déterminer. L’atmosphère est ésotérique au milieu de ce cercle perdu dans la lande.

DSC_7397

DSC_7396

Le paysage du Causse est incroyable : de la lande rase et un relief de petites collines. C’est un plateau suspendu entre les Gorges creusées par les rivières de tous les côtés.

upload

Cromlec'h

Les jours sont trop courts et la nuit tombe alors que nous nous replions sur La Jurade, notre gîte.

Dimanche, route vers la mer ! Mais avec escale. Saint Guilhem le Désert, village médiéval dans les Gorges de l’Hérault.

DSC_7419

Enfin, après une rapide traversée de Montpellier, les petits montagnards retrouvent la mer avec plaisir, et sont couverts de sables en 5 secondes.

DSC_7430

Chine

J'ai passé la semaine en Chine pour le boulot. J'étais impatient de voir à quoi ressemblait ce pays dont on parle tant.

L'arrivée est un peu rude, après une nuit pas terrible dans l'avion. J'ai réussi à dormir quelques heures, mais à l’atterrissage il est 7h heure locale, 1h du matin pour moi. Et il va falloir survivre à la journée, qui s'annonce pas évidente.

Le taxi ne passera pas par Shanghai à l'aller, nous filons directement vers le site de JangYin, un peu au Nord. Le paysage est tout plat, il fait chaud et moite. L'urbanisation est hallucinante: des immeubles, bâtiments, constructions. Beaucoup de voitures, des gens partout.

Le site est situé dans une zône industrielle de la Chine rurale, où l'on fabrique de tout. Ca ne fait pas rêver, mais alors pas du tout.

Elle a de la gueule, la "Chine millénaire"

La cantine de l'usine est acceptable, même s'il faut s'habituer aux repas à la chinoise, le nez dans le bol de riz...

Pour le soir, l'hôtel est à Wuxi, sorte de mégalopole secondaire (ou même tertiaire: une parmi les 86 villes de plus de 5 millions d'habitants) où le ciel est plombé et où la vie a l'air triste. Les 4 voies rentrent directement dans la ville, et les immeubles géants se déploient à perte de vue.

Wuxi. Un bled même pas secondaire, 2 millions d'habitants et des tours plus hautes qu'à la Défense.

L'hôtel est un 5 étoiles dans une tour de 30 étages. Luxueux et spacieux, il me rappelle vraiment Singapour.

upload

Les collègues m'emmèneront dans un resto chinois le mercredi soir: situé dans un centre commercial plein de boutiques de luxe, l'atmosphère était sans âme mais la cuisine y fut fameuse.

Jeudi, direction Shanghai. Là, ça change tout. La ville est immense, elle compte plus de 20millions d'habitants. Encore beaucoup de tours, mais aussi des parcs et des trottoirs... ça change!

Shanghai

Les bureaux de ma boite sont situés en plein coeur de la ville, dans l'ancienne concession française. Du 25ème étage, la vue est démente.

Le soir, j'ai le temps de visiter un peu les environs. Quelques ruelles où les échoppes font griller la viande sur le trottoir, dans la rue.

Sans titre

Encore pas mal de circulation, mais la nuit commence à faire apparaître les immeubles illuminés, ça a de la gueule.

Sans titre

Nanjing road, sorte de Champ Élysées locaux. Là encore, je reconnais beaucoup Singapour. Immeubles illuminés, boutiques... et toujours un monde fou.

Sans titre

Tout au bout de Nanjing Road, la skyline de Pudong. Dément.

Sans titre

Le Bund, quai où l'on trouve des bâtiments à l'architecture moins moderne.

Sans titre

Sur les recommandations d'Andros, qui a vécu 3 ans là-bas, je profite de la terrasse du Bar Rouge, lieu trendy à la vue démente sur Pudong.

Sans titre

Le vendredi c'est le retour. 12h d'avion, plus encore un peu d'attente pour finir à Lyon bien claqué à 23h.

« précédente page 6 sur 7 suivante