Tête du Rouget

Nous étions partis à l'origine pour la Voie des Plaques. Puis en regardant les topos, on s'était dit que le Pilier Chèze serait peut-être plus grimpant. Mais arrivés dans la voie, et bien que je me demande encore comment cela a pu arriver, nous nous sommes un peu fourvoyés et on s'est redirigés vers la Voie des Plaques. Acte manqué, aurait dit le Docteur Freud.
Mais ce fut sans regrets finalement, l'escalade y est agréable et ensoleillée jusqu'au sommet.

Même un peu au pas de course, cette montée au Soreiller est toujours un plaisir pour les yeux.
IMG_5640



Toute l'approche de la voie est en neige, ce qui est fort agréable - en plus d'être efficace!

P1120287

P1120294

IMG_5661

IMG_5666

P1120295

IMG_5676

P1120298

P1120299

IMG_5687

La descente par plusieurs grands rappels est caractéristique de l'Oisans: terrain profondément miné, pierres qui bougent et qui volent, lecture de terrain pas évidente.

IMG_5695

IMG_5713

IMG_5717

P1120311

IMG_5733

Les shorts remis et le matériel rangé, nous descendons jusqu'à la route;
IMG_5746

Arêtes du Pin

Beaucoup de retard dans le blog, donc articles courts! Nous avons parcouru les arêtes du Pin dans Belledonne avec Olivier et Patrick. C'est un bel itinéraire entre ciel et terre, parsemé de belles vues sur le Grand Pic. Le plus souvent on y évolue à corde tendue, en posant juste les mains, mais quelques passages méritent de s'appliquer un peu plus. De nombreux rappels ponctuent le parcours. Bref, c'est cool.

DSC03105

DSC03156

DSC03149

DSC03142

DSC03122

P1120265

DSC03181

Col Claire

Il y a ce glacier un peu confidentiel, un peu perdu dans le grand vallon du Glacier de l’Homme, pile sous la Meije. Un petit col très haut perché, surplombant un glacier tourmenté, fait de tranches de séracs hautes comme des immeubles. C’est un col qui n’est fréquenté qu’au printemps à skis, et c’est un parcours relativement peu connu. Quasiment aucun intérêt en été pour de l’alpinisme, en revanche pour skier dans une ambiance glaciaire, c’est un must du genre.
Il a d’autres atouts de taille : c’est une pente relativement raide pour le ski, le parcours se fait en boucle par une montée alpine, et le panorama de tout là-haut est inhabituel mais vraiment fantastique. Tout pour plaire, en somme.

Le réveil est à 4h, le petit-déjeuner est zappé au profit de quelques minutes de sommeil supplémentaires. A 5h45 nous sommes en place. A peine le parking quitté, il faut traverser le torrent pour prendre pied sur la rive gauche. Et bien sûr, il n’y a pas de pont.

DSC02825

Il faut ensuite porter pas mal dans les moraines et des prairies raides. C’est efficace bien qu’un peu rude pour un démarrage.

P1120164

DSC02834

Nous aboutissons sur le replat du Glacier de l’Homme, encore enneigé. Ayant repéré une veine neigeuse qui nous permettra d’optimiser la descente, nous chaussons enfin en direction du Glacier du Lautaret. Il n’est que 8h mais l’orientation E fait sérieusement monter la température au soleil.

DSC02842

P1120166

P1120168

Après avoir passé un premier ressaut glaciaire à skis, nous chaussons les crampons pour de bon: la pente se redresse et c’est parti comme ça jusqu’en haut.

DSC02849

P1120169

DSC02853

DSC02857

La neige est bien ramollie et nous consommons pas mal d’énergie à chaque pas. Il nous faudra faire une courte pause « fuel » sur le haut de la pente, d’où nous pourrons admirer la partie que nous skierons tout à l’heure.

P1120171

La dernière rampe avant le Col nous donne des perspectives superbes.

DSC02870

P1120173

Nous voici au Col, avec une vue incroyable sur toutes ces belles Faces Nord.

DSC02881

P1120184

Il fait beau, pas froid et sans vent. La vue est absolument démente. On n’a clairement pas envie de descendre. Mais bon… le ski de haute-montagne dans les Écrins a beau être un dur métier, quelqu’un doit bien s’y coller, donc on y va.

DSC02895

P1120189

P1120190

DSC02904

P1120201

DSC02906

P1120205

P1120207

DSC02923

DSC02933

DSC02934

Et nous voilà repartis dans l’autre sens, à pieds à nouveau.

DSC02938

P1120210

…jusqu’au torrent, qu’il faut re-traverser.

DSC02944

P1120211

De retour à la voiture, nous prenons la route du Lautaret jusqu’au lacet du dessus, qui offre un beau point de vue sur la pente que nous avons parcourue -en plein centre de la photo, jusqu’au Col bien visible.

P1120215

Ardèche

L’Ardèche est une terre bien connue pour tous les adeptes de nature : bien ensoleillé, le relief ardéchois offre falaises, forêts et rivières propices à la découverte à pied, en vélo ou en canoë. Ajoutons à cela la production viticole locale, nous obtenons une destination très prisée qui souffre parfois de sur-fréquentation, il faut bien l’avouer. Mais c’est comme partout, en jouant un peu avec les horaires et les options, on s’en sort généralement bien.

Pour assurer notre tranquillité, ce week-end nous logeons dans un Château. Au milieu des vignes, dans des pierres du XIIème siècle posée dans un parc arboré de plusieurs hectares, avec piscine, terrasse et tout le tralala. Rien de moins.

P1120110

P1120108

P1120109

Sans titre

Les alentours sont accueillants et les petits chemins de terre utilisés pour la culture viticole sont adaptés aux petites roues de vélo.

Sans titre

Photo



Après un petit detour au Pont d’Arc pour un premier bain dans l’Ardèche…

P1120122

Nous partons pour la Grotte Chauvet.

Imaginez l’émotion ressenti par les 3 spéléologues, inventeurs de cette grotte, lorsqu’ils ont pénétré dans cette cavité et aperçu pour la première fois ces peintures et ces dessins sur les parois. Personne n’était plus entré ici depuis 18 000 ans pour admirer ces dessins vieux de 36 000 ans.

Aujourd’hui, à des fins de préservation, ce site classé au Patrimoine de l’UNESCO est scellé. En contrepartie de ce classement, étant le seul site de la liste inaccessible au public, une reproduction de la grotte a été réalisée. Elle est bluffante de réalisme et sa visite est passionnante.
Les dessins sont réellement incroyables.

La vraie grotte elle, est retombée dans l’obscurité, en attente de développement de nouvelles techniques d’archéologie non invasives, permettant la fouille du sol… sans fouiller, et donc sans détruire.

Chaulet

C’est le nom de ce spot d’escalade idyllique au bord du Chassezac. Littéralement les pieds dans l’eau du Chassezac (un de ces belles rivières ardéchoises très claires), avec une falaise d’un beau calcaire patiné par endroit dans les plus belles voies. Les classiques le sont pour une bonne raison.

Le soleil de la fin d’après-midi surchauffe les grimpeurs, qui plongent dans l’eau pour se rafraîchir.

P1120126

P1120128

P1120129

Ardèche

La navigation sur l’Ardèche est interdite aux enfants de moins de 7 ans. Le notre n’en a que 5 et ne sait pas vraiment nager, mais l’aventure nous appelle et il faut négocier avec notre loueur pour obtenir son autorisation. La météo étant moins belle que la veille, il y a aussi moins de monde sur la rivière et il accepte.

Nous voilà donc une flotte de 2 bateaux, engagés dans les rapides gentillets du mini parcours des gorges de l’Ardèche, bien adapté aux petits pagayeurs. Les rapides passent sans encombre et après de multiples pauses baignades / photo, nous arrivons sous le Pont d’Arc.

P1120156

P1120142

P1120153

Olympic National Park

Voilà la situation. J’ai une voiture et donc de quoi bouger, 4 jours disponibles et tout le matériel nécessaire pour un séjour dans la nature. Seattle est idéalement située au centre du Pacific NorthWest, avec la chaînes des Cascades et le North Cascades National Park au Nord, les Central Cascades et l’Alpine Lakes Wilderness au centre et le Mount Rainier National Park plus au sud. Enfin, à l’Est se trouve la péninsule Olympique et l’Olympic National Park. L’embarras du choix, donc.

“The mountains are calling and I must go.” - John Muir

Mon cahier des charges est simple : passer ces 4 jours dans la nature sauvage. C’est tout. Une parenthèse, hors de la civilisation.

J’ai longtemps été attiré par les North Cascades jusqu’à ce que je réalise que les conditions seraient encore trop neigeuses même à basse altitude, et que cela allait imposer un matériel compliqué à emporter en avion ou logistiquement compliqué à louer sur place. Idem pour les Central Cascades (et en particulier la zone appelée The Enchantments que j’aurais rêvé de découvrir) ou pour le Mount Rainier. L’hiver encore récent complique les accès et certaines routes secondaires qui dirigent vers les montagnes sont encore inaccessibles en voiture. Je ne voulais pas risquer une déconvenue.

Finalement, les montagnes de la péninsule olympique (du nom du Mount Olympus 2432m d’altitude modeste mais bénéficiant d’abondantes précipitations du Pacifique et entouré de plusieurs immenses glaciers) offrent tout ce qu’il me faut : un accès relativement facile depuis Seattle, des régions reculées et sauvages (classées « wilderness ») et un climat plus tempéré par sa façade Pacifique et sa moindre altitude – donc moins de neige. J’avais déjà lu des choses sur la région lors de notre passage sur l’Ile de Vancouver et son Juan-de-Fuca Trail en 2002.

Une fois ce choix fait… on n’est encore pas sorti d’affaire. La zone est grande comme un département français, il n’y a pas de route qui la traverse mais des accès bien individualisés, à plus de 3 ou 4 heures de route chacun. Il faut choisir et je choisis la région de la rivière Quinault. C’est un immense bassin-versant qui draine toutes les précipitations sur un large quart Sud-Ouest de la péninsule. On y trouve de la forêt tempérée humide (la seule de l’hémisphère Nord), des zones sauvages non touchées par l’homme où la nature fonctionne toute seule.



Les arbres les plus vieux sont géants mais ils sont aussi les plus gros et les plus fragiles. Secoués par les tempêtes d’hiver venues du Pacifique, ils tombent, déracinés par le vent. À terre ils se décomposent lentement ou sont charriés par la rivière, créant petit-à-petit une terre riche et fertile. Associée à d’abondantes précipitations (3m de pluie par an en moyenne), la mousse prolifère et offre un nouveau sol pour les jeunes pousses, qui deviendront des arbres, et ainsi de suite. Les espèces principales sont les épicéas Sitka, les pin Douglas côtiers, les séquoias, ainsi que des érables à grandes feuilles, qui atteignent des tailles qui en font les tenants de records mondiaux.

Il en est de même pour la faune : prédateurs et proies vivent ici dans un équilibre stabilisé, sans intervention humaine d’aucune sorte. Ours et cougars, rapaces, wapitis, rongeurs, oiseaux, poissons et insectes, chacun ayant sa place dans la chaîne alimentaire et l’écosystème. De quoi faire réfléchir sur les prétendues vertus cynégétiques et nécessaires de la chasse. Enfin, pour moi c’est déjà tout réfléchi.

C’est une jungle avec toutes ses caractéristiques, mais tempérée et non tropicale.

Mon trip commence le vendredi, après avoir expédié les tonnes d’emails reçus pendant la nuit et les quelques conf-calls avec l’Europe, le décalage horaire (toujours pas digéré, mon horloge biologique étant particulièrement têtue) faisant que je me lève plutôt… très tôt.

Après avoir récupéré ma voiture de location, je prends donc la route pour Quinault. Je fais un stop à Aberdeen, connue pour être la ville natale de Kurt Cobain, où je me ravitaille en prévision des jours à venir. La route 101 remonte ensuite vers le Nord à travers d’immenses forêts de conifères intensément exploitées. Aberdeen est une plaque tournante de l’industrie du bois.

Le Lac Quinault a toujours été habité par les indiens (la Quinault Nation). Les premiers colons (appelés les Pionniers aux US, mais enfait ni plus ni moins que des envahisseurs) y sont arrivés vers 1880 et ont pris possession des lieux. A cette époque, la terre ne manquait pas et les colons n’étaient pas si nombreux, il suffisait de déposer un « claim » sur une terre pour en revendiquer la propriété et s’y installer. Dehors les indiens, ici c’est chez nous.

Il faut néanmoins saluer la ténacité de ces pionniers, qui s’installèrent dans une terre particulièrement inhospitalière. Balayée par les tempêtes d’hiver et abondement arrosée, envahie par une forêt très dense, parcourue par des rivières sauvages débordant volontiers de leurs lits, cette terre ne s’est pas laissée dompter. Ils ont tenu bon et ont fini par créer cette petite communauté de Quinault, au cœur de cette forêt pluviale.

Ma première étape est la station des Rangers de l’US National Forest Service, qui officie ici également pour le National Park Service. C’est un passage obligé pour se faire enregistrer avant un accès aux zones de wilderness, et un permis est requis pour bivouaquer. On y déclare son itinéraire, son véhicule, son planning, un contact d’urgence. On y reçoit également les conseils des rangers pour toute incursion dans le backcountry, relatifs à la sécurité, à la préparation, aux conditions actuelles. Je récupère aussi un bear canister, la boîte de stockage sécurisée qui doit contenir tout ce qui pourrait attirer un ours. Elle est faite de plastique épais et dur, avec un couvercle verrouillé par 2 petits loquets semblables à ceux que l’on trouve au dos des montres, pour changer les piles. Les ours n’ont pas encore appris à les ouvrir. Tout doit y être stocké et elle doit être verrouillée de jour comme de nuit, tout le temps. L’idée est intéressante : elle repose sur le fait d’associer la nourriture humaine à une déception pour l’ours plutôt qu’à une récompense. L’usage de ces boîtes est obligatoire là où je vais, la population d’ours étant « large et active » selon les Rangers. Il est à noter que c’est plutôt pour la sécurité des ours que pour celles des hommes. Un ours ayant eu accès à de la nourriture humaine y devient en quelque sorte accro et devient un danger pour l’homme. En les préservant de cet accès, on les protège. Mes papiers en poche et ma boîte sous le bras, je prends la route Quinault East Fork : 30km de piste non goudronnée, le long du lit de la rivière Quinault. Entrée dans l’Olympic National Park. Je jubile tout seul devant les nombreux points de vue qui s’offrent déjà le long de la piste.

P1110964

P1110961

P1110962

Le Graves Creek campground se trouve tout au bout de cette route, au départ de mon trail. Sous les érables lourdement enchâssés dans la mousse, dans une atmosphère humide, c’est vraiment un camping très rustique, avec aucune installation. Pas d’eau potable. Même le système d’enregistrement de paiement par enveloppe n’est pas encore actif à cette saison. Gratuit, donc.

P1110965

Pour m’imprégner de l’atmosphère particulière du lieu, je fais un petit tour dans les environs – avant que la pluie de se mette à tomber pour le reste de la nuit.

P1110972

P1110973

P1110966

P1110976

P1110975



“Keep close to nature’s heart… and break clear away, once in a while, and climb a mountain or spend a week in the woods. Wash your spirit clean.” – John Muir

C’est une tente détrempée que je plie dans mon sac pour le départ au matin, mais la pluie s’est arrêtée et le ciel semble plutôt dégagé.

Il me faudra un moment pour apprivoiser l’atmosphère particulière de cette forêt, et les premiers miles seront un peu intimidants. Ce sentiment d’intrusion et de ne pas être à ma place disparaîtra au bout de quelques heures de marche, le temps de s’accommoder au milieu, de le comprendre et de prendre ses marques.

P1110977

P1110979

Le Pony Bridge est le premier jalon : la rivière s’engouffre dans une gorge étroite, alors qu’elle circule plutôt en pente douce en amont comme en aval. Un accident de terrain. L’eau est incroyablement pure.

P1110984

P1110983

J’aurais pu courir sur ce trail. En baskets, léger et rapide. Mais ça aurait été trop rapide, j’ai choisi la marche. L’idée étant de prendre le temps, de s’imprégner du milieu – mieux encore, de s’immerger dans le milieu.

La sentier – étroit et tortueux – est facile à suivre même si aucune marque d’aucune sorte ne le jalonne. Il circule entre les immenses arbres tombés à terre et se faufile intelligemment pour franchir les nombreux torrents perpendiculaires à la vallée, alimentant la rivière Quinault que je vais remonter jusqu’à la vallée appelée Enchanted Valley, 21km plus haut. Le trail est entretenu tous les ans, et les rangers doivent couper des arbres (de parfois plus de 2m de diamètre) tombés sur la trace pendant l’hiver. Des ponts rustiques (de simples troncs) franchissent les rivières les plus larges, mais la plupart du temps on les traverse en sautant de caillou en caillou.

P1110987

Le paysage alterne des passages de forêt dense au-dessus de la rivière avec des prairies plus dégagées lorsqu’on se rapproche des berges. La rivière charrie d’immenses troncs déracinés et son lit est ponctué d’arbres cassés. Le chaos naturel, la nature brute.

P1110994

P1110995

A O’Neill Creek je fais une étape. Mon repas est interrompu par la pluie et je dois monter la tente rapidement pour me mettre à l’abri. L’averse ne durera pas.

P1110992

Les miles de forêts se succèdent les uns aux autres, tous plus éblouissants les uns que les autres.

J’aperçois une tente, et je pense être au Pyrites Creek camp d’après la distance. Un couple me fait alors de grands signes, et me crie « Bear ! Bear ! » alors que j’approche. Je ne vois pourtant aucun ours dans les environs immédiats. Ils m’expliquent alors qu’ils viennent de voir passer l’ours, qui m’a probablement contourné alors que j’approchais.

Je monte la tente et prend mes marques sur le camp quand finalement je l’aperçois, là, tout proche. C’est un gros mâle, qui farfouille dans le sol à la recherche de sa nourriture. La rencontre et l’expérience qu’elle procure est fascinante.

P1110997

P1110999

La vie du bivouac s’installe, et son temps long. La tente, le matériel, le repas. De longues poses lecture, entrecoupées de coup d’œil aux alentours, avec les jumelles.

P1120001

P1120004

P1120006

La préparation d’un feu de bois détrempé m’aura particulièrement occupé – des restes de scoutisme sans doute.

Lors d’un de ces coups d’œil de surveillance (« stay alert at all times ! », recommandent les Rangers) je le vois réapparaître : il a traversé la rivière Quinault en aval, sûrement sur l’un des nombreux arbres en travers, et le voilà qui remonte sur l’autre rive, à 50m. Il traverse un torrent en marchant en équilibre de pierre en pierre de façon admirable, sans se mouiller les pattes. Il sait que je suis là, et jette un coup d’œil de temps en temps. Chacun surveille l’autre à distance – mais je suis le plus fasciné des deux.

P1120011

P1120009

Ma boîte sera stockée à 100m de la tente, mais au petit matin elle n’aura pas bougé. L’ours a peut-être anticipé la déception associée.



“In every walk with Nature, one receives far more than he seeks.” – John Muir

Au réveil il fait glacial mais le ciel est dégagé : la journée va être superbe.

P1120014

P1120013

P1120015

P1120016

J’approche d’Enchanted Valley et je compte faire l’aller-retour, ce qui présente l’avantage de pouvoir laisser ma tente sécher au soleil. Les nuits sont froides et l’humidité détrempe tout. Je suis bien équipé mais l’aide apportée par un peu de soleil ne fait pas de mal.

La neige fait son apparition de temps à autres, alors que l’altitude n’est que de 600m environ. Je n’imagine pas les quantités de neige ici en plein hiver.

P1120017

Enchanted Valley est une ancienne vallée glaciaire à fond plat, comme suspendue et entourée de parois très raides. Au-dessus, les sommets enneigés et les glaciers. L’endroit est absolument magique, peut-être un des plus beaux et plus sauvages que j’ai vus.

P1120020

Un chalet a été construit dans les années 30 par une société locale consciente de l’intérêt touristique potentiel du lieu, malgré son éloignement. Le chalet a accueilli des randonneurs pendant plusieurs dizaines d’années, puis le National Park Service l’a préempté. Il est aujourd’hui fermé et ne sert plus que de Ranger Station avancée l’été.

P1120021

P1120030

Je reste un long moment, scrutant les environs à la recherche de vie, à l’écoute des avalanches de fonte qui dégringolent dans les cascades à intervalles réguliers.

P1120037

P1120025

Il faut rebrousser chemin et redescendre. Parcourir le même chemin en sens inverse lui donne une autre perspective. D’autres détails apparaissent, que j’avais manqués à la montée.

P1120039

P1120040

Je récupère ma tente, la plie dans le sac et m’accorde une courte pause avant de descendre à O’Neill Creek, où j’établis le camp juste en bord de rivière. Le feu est bien plus facile qu’hier, le bois mort ayant pu sécher partiellement aujourd’hui au soleil. Ce soir encore, même routine : repas, lecture, observation des environs. Le bruit de la rivière est hypnotisant et aucune conversation ne vient le perturber.

P1120044

P1120047

P1120049

P1120051



"Study nature, love nature, stay close to nature. It will never fail you." - Frank Lloyd Wright

Le moment de redescendre pour de bon de la montagne arrive. Je repasse à Pony Bridge, et prend le temps de regarder les environs en détail, en particulier le méandre que forme la rivière dans sa gorge.

P1120057

P1120063

Arrivé à la voiture, le spleen me prend, je suis déjà nostalgique de ne plus être là-haut.

P1120069



Pour poursuivre un peu l’immersion, je reprends la voiture pour remonter cette fois la North Fork de la Quinault River. La végétation est plus alpine de ce côté-là, et l’Irely Lake que j’atteins rapidement (sans sac, cette fois) a un air de Rocheuses Canadiennes. Le temps est magnifique, et plein d’oiseaux occupent l’espace.

P1120079

P1120083



Pour mon dernier soir je suis à Quinault dans un motel aux airs de chalet des années 50. La vue sur le lac depuis le balcon lui donnerait 5 étoiles.

Sans titre

Le lendemain je n’ai que la matinée avant de refermer cette parenthèse. J’opte pour les boucles de rando à la journée autour de Quinault pour ressortir les baskets. Un environnement unique pour courir !

P1120090

Sans titre

P1120092

Sans titre



Des vacances courtes mais parfaites, un break salutaire. J’aurais voulu (et c’était prévu) partager ces moments avec Emmanuelle, mais la vie a décidé que non, et qu’il faudrait revenir. Le monde est tellement beau.

P1120089

précédente page 2 sur 61 suivante »