Col de la Petite Vaudaine

Casserousse, 8h: déjà plusieurs dizaines de voitures, et un froid assez vif dans un bon flux de Nord. La journée s'annonce belle, mais le vent est soutenu et il est prévu qu'il tourne au Sud en mi-journée.
Pour l'heure, nous remontons la piste de ski, jusqu'à la bifurcation vers l'itinéraire du Lac des Pourettes. Au passage, Jeroen et sa bande nous double à bonne allure: on imagine que la préparation Pierra Menta touche à sa fin...
P1040557
Assez vite, nous arrivons à la Brèche Robert Nord: on découvre alors le panorama sur l'ensemble du cirque qui entoure les Lacs Robert. La couche de fraîche est plus importante que prévue, mais très irrégulière. Tout est tracé aux alentours mais le vent est toujours aussi fort, et cela ne présage rien de bon pour la neige. P1040558
P1040559
Une légère descente après les Lacs, et c'est une portion de traversée qui s'ouvre devant nous, avant le verrou qui nous permettra de prendre un peu d'altitude et de nous diriger vers le Col de la Grande Vaudaine puis le Pic de Mirebel, notre objectif aujourd'hui.
P1040560
Il y aura déjà un petit coup de stress dans cette combe au dessus du verrou, alors que nous devons franchir un tout petit col juste à côté d'une grosse plaque descendue en avalanche. Nous remontons un par un sur la pente, et ça tient.
Il faut maintenant faire la trace à flanc dans une neige très irrégulière: on passe du carton à la neige gelée et à l'accumulation de neige soufflée sans transition en moins de 5m. Ca s'annonce compliqué.
Arrivés à l'Echaillon au point 2192:
P1040561
Devant nous, une grande pente qu'il faut traverser à flanc pour rejoindre le fond du vallon. J'attaque la trace, mais assez vite je me retourne vers Patrick et Yoann: ça ne me semble pas sûr, et ils seront d'accord avec moi. On fait demi-tour.
Deux autres skieurs sont sur nos traces, et ils pousseront jusqu'au point 2192m eux-aussi, avant de faire demi-tour. Ils n'étaient pas plus confiants que nous sur la neige. On les retrouvera au Col de la Petite Vaudaine un peu plus tard.
Nous repassons sur nos traces de montée, devant la plaque partie vers le petit col un peu tendu.
P1040563
Histoire de sauver la sortie, nous décidons de monter vers le Col de la Petite Vaudaine, juste au-dessus.
Peu avant le Col, une grande pente s'ouvre à main gauche, pour accéder au sommet de Jasse Bralard. Deux skieurs sont engagés, l'un est quasiment en haut, l'autre plus bas dans la pente, a l'air d'avoir plus de mal.
Brièvement, alors qu'un skieur nous rejoint, nous nous arrêtons pour les regarder. Cela nous semble complètement craignos, et ils ont l'air d'avoir du mal sur cette neige difficile. D'un coup, le skieur du haut fait partir une grosse plaque, 1m sous ses skis. La coulée manque de peu de faucher le skieur au milieu de la pente, et dévale sur nous. Nous avons le temps de courir en travers pour nous échapper, mais déjà la coulée s'est plus ou moins arrêtée. Des boules dégringoleront tout de même jusqu'à Yoann, plus bas sur la trace dans le fond de la combe.
P1040566
Nous arrivons assez vite au Col: le panorama est saisissant sur l'envers des pointes de Mirebel et Jasse Bralard.
P1040571
Malheureusement, de grosses corniches barrent l'accès au bord du Col, et nous devons rester un peu à distance.
Les deux skieurs ayant fait demi-tour derrière nous arrivent à leur tout. L'un d'entre eux est Jocelyn Chavy, créateur et redacteur en chef de Wider Magazine et journaliste/photographe dont j'admire le travail depuis longtemps. Ayant des amis communs, la discussion s'engagera d'autant plus facilement.
Du sommet, la vue est belle sur les Rochères:
P1040569
La descente sera inégale: plusieurs bons passages de neige poudreuse, mais aussi des neiges plus difficiles.
P1040579
Vers midi, nous voilà au verrou alors que plusieurs skieurs attaquent la montée (!!).
P1040585
Assez vite nous devons repeater pour remonter aux Lacs et à la Brèche Robert.
P1040587
Puis c'est la descente finale par le Pourettes, où je trouverais le moyen de m'envoyer un ski dans le crâne sur une chute en avant dans un changement de neige. Un gros gnon et un peu de sang, mais rien de méchant. C'est la rançon des lanières de sécurité: le ski ne file pas dans la pente, mais du coup on le prend souvent en pleine tronche!
P1040588
La plus grosse prise de risque de la journée consistera à emprunter la fin de la piste de Casserousse, où les skieurs de la station débaroulent à toute vitesse, et où on se sent un peu comme dans un jeu de quilles...!

Tour de la Pierra Menta

Départ Jeudi du foyer de ski de fond des Pars. Nous sommes 12, l'ambiance est très bonne et tout le monde est bien motivé malgré les sacs bien lourds. En revanche, la météo n'est pas coopérative: il bruine par moment, il fait très doux et la neige est pourrie jusqu'au fond. On remonte doucement la combe du Col du Rosset. Le ciel se dégage en début d'après-midi, alors que nous sommes presque en haut: gros coup de chaud sur le haut, mais au moins le soleil est là!
Descente sur la Balme pas mauvaise du tout, en poudre tassée un peu irrégulière, mais bien skiable.
Après une installation au refuge, un petit groupe repartira pour le Col de la Charbonnière en fin de journée, à un bon rythme. Bonne descente sur de la neige bien lissée, très rapide. L'ambiance sera bonne au refuge le soir, et les diots passeront comme une lettre à la poste!
Vendredi, le lever est morose: il neige, la visibilité est très réduite. Impossible de partir dans ces conditions pour le tour de la Nova, comme prévu. Nous passerons la matinée à chercher des DVAs autour du refuge: un exercice intéressant pour tous.
L'après-midi, alors que la visibilité semble s'améliorer, nous tentons une sortie vers le Col du Grand Fond. Après une montée rapide vers Presset, nous stopperons au refuge (en travaux, fermé) sous les assauts du blizzard. La descente sera excellente, dans cette petite couche de fraiche posée sur le fond dur.
Au menu du soir, couscous!
Samedi matin, le plafond est haut et les visibilités sont bonnes. On part pour la brèche N de la Pierra Menta, magnifique remontée de ce couloir-combe qui aboutit entre des gendarmes bien pointus. Nous nous appliquerons à faire une trace "économe" pour les moins aguerris du groupe. Cette trace sera validée par le vice-champion du monde cadet, Simon Bellabouvier, de passage à la brèche alors que nous sommes en train de nous équiper pour la descente (bonne chance à lui pour la PM). Superbe neige poudreuse sur la descente au lac d'Amour, puis on repeautera pour le Col du Coin. Le temps a tourné au jour blanc, mais on arrivera tous au Col en bon état. Certains s'offriront même un petit A/R pour aller chercher un appareil photo oublié...
Bonne descente sur le refuge de la Coire, où nous serons seuls pour la soirée. L'après-midi étant encore longue, nous ferons un A/R rapide au Col de la Grande Combe, puis sur la crête et au sommet de Pierre Percée dans des lumières magnifiques, entre brouillard et éclaircies. Descente magique dans cette grande combe jusqu'au refuge, en poudreuse de versant N, seuls au monde... Gros gros plaisir!
Dimanche matin, temps exceptionnel dès le lever du jour. Il fait très froid, mais un beau soleil se lève alors que nous partons vers le Col de Corne Noire. La neige est excellente, le temps magnifique, on ne voit personne: le pied.
Du Col de Corne Noire, nous profiterons d'une superbe neige poudreuse vierge dans la combe jusqu'à 2000m, puis de la neige variable et enfin transfo dans le bas du vallon. La suite est tranquille, en longues glissades sur la piste. Une courte remontée nous ramènera dans le vallon des Pars, à la voiture.
Tous bien contents de ce "Tour 2013", qui a rassemblé des cousins, des frères et des amis de longues dates. Malgré le niveau et l'expérience forcément hétérogènes, nous avons pris beaucoup de plaisir dans ce beau massif, profité d'une excellente neige dans toutes nos descentes et d'une météo finalement pas si pire... Quant à la logistique, elle fut parfaite: la bouffe au top, les refuges confortables et bien organisés, et une ambiance rigolarde.
Voici plus de détails sur l'itinéraire:
  • Jour 1: Les Pars - Col du Mont Rosset - Refuge de la Balme D+995m / D-390m
  • Jour 1 bis: Refuge de la Balme - Col de la Charbonnière - Refuge de la Balme D+500m / D-500m
  • Jour 2: Refuge de la Balme - Refuge de Presset - Refuge de la Balme D+530m / D-530m
  • Jour 3: Refuge de la Balme - Brèche N de la Pierra Menta - Lac d'Amour - Col du Mont Coin - Refuge de la Coire D+865m / D-815m
  • Jour 3 bis: Refuge de la Coire - Col de la Grande Combe - Pierre Percée D+415m / D-415m
  • Jour 4: Refuge de la Coire - Col de Corne Noire - Les Pars D+610m / D-1265m

Voilà le lien vers les photos d'Olivier
Et celles de Patrick


Aiguillette des Houches, Combe de la Vogealle

Belle classique au panorama incroyable sur le Mont-Blanc. Dès la sortie de la forêt, on en prend plein les mirettes. Surtout que le temps s'y prête bien: incroyablement chaud en altitude et ciel bleu limpide.
Aujourd'hui je suis avec ma petite femme, ce n'est pas si fréquent!

#skitouring bonjour!

P1040241

P1040243

P1040244

P1040245

Arrivée au sommet.

P1040249

Nos tronches au sommet.



Après un gros coup de chaud dans la montée, passage en versant NW pour la descente par la Combe de la Vogealle. Neige un peu trop traffolée, voire damée sur le haut. La dernière chute de neige est déjà loin...

P1040252

P1040250

Courte remontée pour sortir de la Combe.

Sans titre

Puis c'est la descente par un long chemin ludique et bien enneigé.

Sans titre

Grand Crozet, Face N

Un vrai voyage, cette incursion dans le vallon du Bens, à destination du Grand Crozet. Le départ se fait à 700m, et ce sont plus de 8km de faux-plat qu'il faut écluser avant d'attaquer le début de la course. L'endroit est reculé, sauvage, désert et il y flotte un délicieux parfum de wilderness.
Une photo de 2007 prise depuis le Grand Miceau au mois de Mars. On y voit bien la belle face N du Grand Crozet. C'est là qu'on va!
IMG_0173
Au départ, 700m P1040205
Dès la voiture, l'enneigement est abondant. On est dans un vallon plein Nord, et il fait un froid de loup.
P1040213
Les sommets finissent par se dessiner en arrière-plan, et on sort du brouillard.
P1040214
Au Habert de Cohardin, à presque 2h du départ, on voit finalement le bout de la forêt et la pente se redresse enfin.
P1040219

Enneigement incroyable: à peine à 1500m, le torrent est recouvert de près de 3m de neige par endroits.
P1040222
Ce qui oblige à certaines acrobaties...
P1040223
Finalement on prend de l'altitude. Ici vers 2000m. Le froid est mordant, et on a tous de sérieuses onglées.
P1040229
On a alors tout le loisir d'observer la face que l'on descendra tout à l'heure, la face Nord du Grand Crozet, pile en face.
P1040236
Après bien des hésitations et des réflexions pendant la montée, je laisse finalement Olivier partir seul au Pic du Frêne. J'aurais foulé le sommet avec beaucoup de plaisir, mais la descente ne me faisait pas envie: trop d'exposition pour quelques rares virages bien tendus sur une neige finalement pas terrible. Je me dirige donc vers la brèche qui donne accès à la face Nord du Crozet, où Patrick me rejoint assez vite.
Oui oui, c'est bien par là.
P1040275
Le début n'est pas bon, et très raide sur quelques dizaines de mètres. Nos prédécesseurs ont dérapé, rendant le ski un peu tendu.
P1040277
P1040278
P1040279
P1040280
P1040286
Assez vite ça se calme, ça s'élargit et la neige devient meilleure.
P1040287
P1040288
P1040291
Le brouillard finit par nous envelopper de nouveau, alors que l'on termine la descente de la face. Il reste encore plus de 1200m de ski à faire. P1040304
Il y aura encore quelques très bons passages dans les vernes, puis une descente assez ludique dans le long faux-plat. Au final, des neiges bien irrégulières tout de même.
P1040314
Déchaussage à la voiture, après du ski continu sur presque 2200m de dénivelée. Une très belle journée de montagne, pour un RTT bien rentabilisé!
Ayant oublié la carte mémoire de mon appareil, les photos sont d'Olivier. Le GPS lui, fonctionnait, et j'ai pu enregistrer la trace de montée, à des fins de mesures de distances. 14km de montée, soit une sortie à plus de 25 bornes A/R.

Soleil d'hiver

Belle journée d'hiver ce mardi. On en profite pour s'échapper du bureau entre midi et deux, et profiter de la neige... mais à pieds cette fois. Je croise Roland et Thierry dans leur descente, qui se sont arrêtés à la fontaine vers 600m. Moi j'ai eu envie d'aller jusqu'en haut. #trailrunning la pause méridienne blanche

« précédente page 57 sur 58 suivante