Traversée des Dômes de Miage

Comme souvent pour les virées dans le Mont-Blanc, ça commence par une nuit à Saint Gervais en mode camping. Depuis Grenoble à 22h, nous sommes 4 dans la voiture pour une nuit un peu courte au chalet: Olivier, Yoan, Eric et moi. Seb nous rejoindra le matin au départ.

Samedi, lever à 6h30, pas un nuage dans le ciel, pas de vent... ça s'annonce bien!
Nous partons donc en direction de Tré-la-Tête puis des Conscrits à 8h30 du Cugnon. Un peu de portage au début pour la forêt, mais on peut finalement chausser au bout d'une heure environ.

P1040627

Le ciel se voile un peu, mais rien de grave.

P1040630

La montée se prolonge vers le Mauvais Pas, le passage donnant accès au glacier.

P1040634

P1040635

P1040636

C'est très exposé, mais ça passe encore entièrement à skis. En revanche, il ne faut pas traîner: avec les hautes températures, les dalles chauffent et font couler la neige.

P1040640

P1040641

Nous prenons pied sur le glacier, et sa longue remontée commence.

P1040649

P1040655

Un dernier goulet orienté plein Sud et à 13h nous sommes au Refuge.

P1040660

La vue de la terrasse, alors que le ciel se dégage totalement pour l'après-midi...

P1040662

Comme il est encore tôt, chacun trouvera son occupation de l'après-midi: Yoan profitera de la terrasse ensoleillée, Seb fera du terrassement pour déblayer les 3m de neige qui obstruent les panneaux solaires avec les gardiens, Eric Olivier et moi iront faire un petit tour sur les belles pentes sous la Bérangère.

P1040664

Nous atteindrons un point 3150m mais déjà il faut redescendre, le soleil de fin d'après-midi n'empêchant plus le re-durcissement de la neige en face Sud. Pour éviter la croûte... il faut y aller!

P1040672

P1040680

Comme toujours aux Conscrits, le repas est excellent, et le coucher de soleil fabuleux.

P1040681

Dimanche, départ 6h du refuge, pour le Col des Dômes. C'est à la lueur du ruban de frontales dans la nuit qu'on réalise qu'il y a du monde, sur cette grande classique...
Heureusement, la longue remontée du glacier étirera à peu près la foule.

P1040691

En vue du Col des Dômes.

P1040695

P1040702

P1040703

P1040709

P1040719

Après un petit coup de cul, on atteint la fameuse arête des Dômes. Elle est tellement photogénique qu'on la retrouve dans bon nombre de brochures touristiques. Voilà... on est là.

P1040714

Skis sur le sac et en crampons, on la remonte donc. C'est un très grand moment, entre ciel et terre. La météo est parfaite, il n'y a pas de vent. Je profite.

P1040728

P1040733

Et c'est le sommet. Vue dégagée, grand bonheur.

Dômes de Miage, sommet #skitouring

Départ skis au pieds, et très vite on se retrouve dans la grand pente Ouest. La neige est poudreuse. C'est déjà un peu traffolé, mais rien de bien gênant... la pente est large!
P1040737

P1040747

P1040751

P1040756

Vers 3000m il faut traverser pour changer de vallon et quitter la langue glaciaire. On enchaîne alors une succession de ressauts, petits goulets et grands vallons en poudreuse puis en transfo (sans transition!).

P1040757

P1040762

P1040775

P1040777

Enfin, après à peine 100m de forêt on atteint le Lac d'Armancette.

P1040783

La suite de la descente se fait sur la piste enneigée, puis à pied. La fin du parcours est très printanière: le soleil est très chaud et la végétation est en plein essor.

P1040785

Voilà! Retour à la voiture à midi, après 2500m de descente dans de super conditions pour ce qui est probablement la plus belle descente à skis du massif du Mont-Blanc.

Le récit d'Olivier est ici.

Speedy Grand Colon

Vendredi soir: visite chez mon toubib, qui n'est autre qu'un célèbre contributeur de Volopress (donc pratiquant assidu de ski de rando, pour ceux qui ne connaissent pas le site), pour une douleur persistante sur l'extérieur du pied gauche. Trop de course. Il suspecte la fracture de fatigue, mais sans en être convaincu non plus. Anti-inflammatoires pendant une semaine, IRM pour objectiver la fracture si ça ne passe pas.
Il me dit qu'à skis, je vais avoir mal. Pas cool pour les projets de fin de saison.

Samedi: très bonne séance d'escalade, qui fait mal aux bras. Pas de douleurs particulières dans les chaussons, qui pourtant ne ménagent pas les pieds.

Dimanche: le temps ne va pas se découvrir, personne n'est dispo, j'hésite à aller faire du vélo. Mais j'ai quand même envie de tester, plutôt que de découvrir un truc bloquant lors d'un plus gros projet en montagne.

Finalement, Eric sera dispo pour une sortie rapide au dessus de chez lui. Peu de voiture, retour à midi, ça m'arrange aussi.
On part donc de Freydières à7h30, sous un temps bien merdique: il fait froid, il pleuvine, il y a du vent. Ambiance glauque.

Assez vite, ça va s’améliorer, mais il faudra attendre d'être au Lac du Crozet pour sortir de ce brouillard bien épais. L'avantage du brouillard, c'est qu'on avance à gros rythme, sans être perturbé par le panorama...
Alors qu'on fait une pause pour se plaindre de la météo en se demandant où on va bien pouvoir aller pour échapper au brouillard (Lauzière, Grande Lance, Croix?), tout se découvre d'un coup. Grand beau d'un seul coup. La trace est devant nous, on file donc vers le Colon par la NE.

P1040609

P1040610

P1040612
Un gars avec qui on a discuté à la pause se greffe sur notre parcours.

Au petit Col entre Galeteau et Colon, on descend au Lac Merlat pour visiter un peu le vallon.
On vise ensuite un petit Col qui remonte sur l'arête Sud du Grand Colon, dans une remontée bien chaude en versant Est. Ca a coulé de partout, et il en reste encore...

P1040616
Tranquillement, on atteint le sommet du Colon par cette arête Sud, assez jolie et bien panoramique.
P1040621
Sommet.
P1040622

La descente sera bien moyenne. Après les virages au soleil mais sur neige béton en versant Ouest, viendra le brouillard à nouveau: il nous faudra même sortir le gps pour trouver la cabane et retomber sur le chemin de descente.

A midi je dépose Eric chez lui: contrat rempli.
Bonne nouvelle: aucune douleur au pied...!

Pâques au Haut-Folin

Je profite d'un week-end de Pâques dans le fond du Morvan pour m'offrir un aller-retour au sommet du Haut-Folin, à travers ces forêts magnifiques et désertes. L'atmosphère y était presque mystique ce matin: air froid, soleil rasant, évaporant la fine couche de neige déposée dans la nuit...

Sans titre

Sans titre

Arrivé au sommet, ça devient presque hivernal et il fait très froid: on sent qu'on est en altitude... 901m!
Je profite d'être là pour faire un log rapide sur GC31WET. 10 minutes seront quand même nécessaires pour trouver la boite, bien dissimulée sous la neige.

Sans titre
Beaucoup de plaisir pour cette reprise avec les baskets, même si le manque d'entraînement spécifique s'est quand même fait sentir un peu sur la fin...!
En tout cas, c'est pratique: ce parcours tombe tout rond. 10km pile pour atteindre le sommet depuis Blain-le-Vieil.

Vaudaine, les photos pro

On devrait toujours avoir un vrai photographe sous la main...

(C) Jocelyn Chavy
ski_vaudaine
ski_vaudaine-2

Col de la Petite Vaudaine

Casserousse, 8h: déjà plusieurs dizaines de voitures, et un froid assez vif dans un bon flux de Nord. La journée s'annonce belle, mais le vent est soutenu et il est prévu qu'il tourne au Sud en mi-journée.
Pour l'heure, nous remontons la piste de ski, jusqu'à la bifurcation vers l'itinéraire du Lac des Pourettes. Au passage, Jeroen et sa bande nous double à bonne allure: on imagine que la préparation Pierra Menta touche à sa fin...
P1040557
Assez vite, nous arrivons à la Brèche Robert Nord: on découvre alors le panorama sur l'ensemble du cirque qui entoure les Lacs Robert. La couche de fraîche est plus importante que prévue, mais très irrégulière. Tout est tracé aux alentours mais le vent est toujours aussi fort, et cela ne présage rien de bon pour la neige. P1040558
P1040559
Une légère descente après les Lacs, et c'est une portion de traversée qui s'ouvre devant nous, avant le verrou qui nous permettra de prendre un peu d'altitude et de nous diriger vers le Col de la Grande Vaudaine puis le Pic de Mirebel, notre objectif aujourd'hui.
P1040560
Il y aura déjà un petit coup de stress dans cette combe au dessus du verrou, alors que nous devons franchir un tout petit col juste à côté d'une grosse plaque descendue en avalanche. Nous remontons un par un sur la pente, et ça tient.
Il faut maintenant faire la trace à flanc dans une neige très irrégulière: on passe du carton à la neige gelée et à l'accumulation de neige soufflée sans transition en moins de 5m. Ca s'annonce compliqué.
Arrivés à l'Echaillon au point 2192:
P1040561
Devant nous, une grande pente qu'il faut traverser à flanc pour rejoindre le fond du vallon. J'attaque la trace, mais assez vite je me retourne vers Patrick et Yoann: ça ne me semble pas sûr, et ils seront d'accord avec moi. On fait demi-tour.
Deux autres skieurs sont sur nos traces, et ils pousseront jusqu'au point 2192m eux-aussi, avant de faire demi-tour. Ils n'étaient pas plus confiants que nous sur la neige. On les retrouvera au Col de la Petite Vaudaine un peu plus tard.
Nous repassons sur nos traces de montée, devant la plaque partie vers le petit col un peu tendu.
P1040563
Histoire de sauver la sortie, nous décidons de monter vers le Col de la Petite Vaudaine, juste au-dessus.
Peu avant le Col, une grande pente s'ouvre à main gauche, pour accéder au sommet de Jasse Bralard. Deux skieurs sont engagés, l'un est quasiment en haut, l'autre plus bas dans la pente, a l'air d'avoir plus de mal.
Brièvement, alors qu'un skieur nous rejoint, nous nous arrêtons pour les regarder. Cela nous semble complètement craignos, et ils ont l'air d'avoir du mal sur cette neige difficile. D'un coup, le skieur du haut fait partir une grosse plaque, 1m sous ses skis. La coulée manque de peu de faucher le skieur au milieu de la pente, et dévale sur nous. Nous avons le temps de courir en travers pour nous échapper, mais déjà la coulée s'est plus ou moins arrêtée. Des boules dégringoleront tout de même jusqu'à Yoann, plus bas sur la trace dans le fond de la combe.
P1040566
Nous arrivons assez vite au Col: le panorama est saisissant sur l'envers des pointes de Mirebel et Jasse Bralard.
P1040571
Malheureusement, de grosses corniches barrent l'accès au bord du Col, et nous devons rester un peu à distance.
Les deux skieurs ayant fait demi-tour derrière nous arrivent à leur tout. L'un d'entre eux est Jocelyn Chavy, créateur et redacteur en chef de Wider Magazine et journaliste/photographe dont j'admire le travail depuis longtemps. Ayant des amis communs, la discussion s'engagera d'autant plus facilement.
Du sommet, la vue est belle sur les Rochères:
P1040569
La descente sera inégale: plusieurs bons passages de neige poudreuse, mais aussi des neiges plus difficiles.
P1040579
Vers midi, nous voilà au verrou alors que plusieurs skieurs attaquent la montée (!!).
P1040585
Assez vite nous devons repeater pour remonter aux Lacs et à la Brèche Robert.
P1040587
Puis c'est la descente finale par le Pourettes, où je trouverais le moyen de m'envoyer un ski dans le crâne sur une chute en avant dans un changement de neige. Un gros gnon et un peu de sang, mais rien de méchant. C'est la rançon des lanières de sécurité: le ski ne file pas dans la pente, mais du coup on le prend souvent en pleine tronche!
P1040588
La plus grosse prise de risque de la journée consistera à emprunter la fin de la piste de Casserousse, où les skieurs de la station débaroulent à toute vitesse, et où on se sent un peu comme dans un jeu de quilles...!

« précédente page 61 sur 62 suivante